Accueil » 12 conseils pour comprendre les hypersensibles

12 conseils pour comprendre les hypersensibles

Apprendre à comprendre les hypersensibles, voilà une bien jolie mission. Mais une mission pas si évidente à mener, en tout cas sans aide. Etant hypersensible, je vous ai préparé une liste de 12 conseils pour apprendre à comprendre les hypersensibles, afin de vous aider à évoluer avec eux. Un proche, un ami, un compagnon, une épouse, un frère, une soeur…

Une personne dite hypersensible est une personne qui a un système nerveux plus développé que la moyenne. Je fais partie de ces personnes.
Nous sommes extrêmement intuitifs.

Nous sommes souvent incommodés par les personnes bruyantes, irrités par des odeurs, des sensations, des sons.
Nous sommes par contre capables de nous caler sur les émotions des autres et nous sentons si l’autre est heureux,  nerveux, en colère, frustré, triste, méchant.
Nous ressentons les énergies qui nous entourent et ce, en permanence. De ce fait il nous arrive très souvent de nous sentir submergés par tout ce qui entre en contact avec nous. Nous nous sentons fatigués, voir éreintés. Ce qui provoque chez nous des périodes de retrait, nécessaires pour faire le vide et se ressourcer.  Ce qui cause quelques fois chez les non hypersensibles, un manque de compréhension.

Nous avons quelques fois besoin de faire des ajustements dans nos vies pour la vivre de la façon la plus saine possible, en adéquation avec qui nous sommes. Travailler moins en extérieur, passer du temps seuls pour se reposer, ou quelques fois se couper du monde pendant une semaine.

Et il est important pour nous de faire ses ajustements, mais il est tout aussi important pour les proches et amis d’apprendre également à nous aider en prenant la décision altruiste et bienveillante de s’adapter à nous, un peu. Peu de personnes le font, mais j’aimerais vous suggérer quelques options, si toutefois vous avez un proche ou ami ou connaissance hypersensible. Et si vous désirez apprendre à les aider.

1. Soyez posés, parlez calmement. Parlez normalement et calmement. Le trop de gestes et le trop de voix peut soit nous incommoder, soit nous faire fuir. On ne comprend pas nécessairement pourquoi la personne en face soudainement crie ou s’emballe. Aussi, nous détestons être au milieu de disputes.On se ferme, on tourne le dos et on s’en va. Sans explications. On ressent trop et on prend la fuite, sans dire un seul mot. C’est assez déroutant. Mais nous n’avons quelques fois que ce choix pour nous remettre en zone sécuritaire.

2. Nous ne sommes pas des dépressifs/plaintifs chroniques!  Le monde est réellement prenant et quelques fois écrasant. Ne nous mettez pas une étiquettes de plaintifs ou dépressifs chroniques lorsque nous sommes en train de nous plaindre sur le monde. Nous sommes tristes de ce monde qui part en cacahuète, et nous restons honnêtes sur ce fait. On a juste quelques fois besoin de parler de ce qui nous tracasse, de ce que l’on ressent tout en étant impuissants.

3. Nous adorons l’art de façon intense. Ne soyez pas choqués si nous vous parlons de théâtre de façon frénétique, si on vous envoie des clips de chansons parce que ce moment où nous avons écouté une chanson nous a fait penser à vous. Ne soyez pas choqués si nous pleurons à sanglots devant un film  ou si l’on ressent la musique comme si elle faisait partie de nous. L’art est pour nous spirituel, amusant, calmant, tonifiant. On le vit. On change de couleur de cheveux souvent, on change de style aussi. Essayez de participer à ces moments intenses au lieu de rester à côté sans comprendre. Le vivre avec une personne de confiance, on adore ça! Vous risquez également d’aimer.

4. Nous pouvons faire du shopping ou nous rendre au resto mais les activités collectives…  Faire du sport peut aider les hypersensibles à dépenser de l’énergie et se vider l’esprit. Mais généralement nous le faisons de façon plus intime. Par contre les restos en groupe, les virées shopping accompagnées de 30 filles, assister  des concerts sont des acrivités plus difficiles. En effet, les activités frénétiques en groupe ne sont pas faciles à gérer. S’intégrer tout en analysant et en analysant le comportement des autres à notre égard car nous sommes différents peut-être difficile. De ce fait, ne nous faites pas la tête si on évite certaines activités de groupe.  Surtout si on ne connais pas la moitié des autres personnes présentes. Préférez nous proposer des activités en petit groupe de 4 ou 6 personnes.

5. Nous prenons quelques fois la fuite hors de la foule ou nous nous taisons. La foule est quelque chose de  vraiment compliqué à gérer. Le bruit, les voix de conversations qui se mélangent, les odeurs, toutes ces énergies sont difficiles à gérer.Surtout lorsqu’elles affluents par dizaines, centaines. Nous avons quelques fois besoin de fuir quelques instants parce qu’on ressent tout trop fort. Egalement il nous arrive qu’en groupe on ne soit pas bavards. Mais ce n’est pas parce qu’on est fâchés, ou ennuyés, ou que l’on s’ennuie. C’est juste que soit on analyse, soit parce qu’on ne sent pas nécessairement concernés et nous laissons la parole à qui se sent concerné.

aider un hypersensible

6. Le phénomène des yeux dans la vide.  C’est simplement un moment de grande concentration.  On se plonge tellement fortement dans la pensée du moment qu’on arrive à totalement décrocher de la réalité. Ce n’est pas parce que nous n’aimons pas être en présence des personnes présentes, c’est uniquement un moment  hors réalité physique. Ne vous inquiétez pas, nous revenons généralement assez vite à vous. Mais ne nous extirpez pas de notre vide du moment, ça nous dérange fortement, d’être tirés hors de nos pensées, c’est  limite perçu comme une agression.

7. On a tendance à critiquer mais c’est pour la bonne cause et pas pour être méchants. Les personnes hypersensibles sont nées avec une conscience aiguë des détails. Il se peut que quelques fois nous pointons du doigt des choses que nous pensons pouvoir être améliorée.  Généralement on vous le fait savoir, mais pas nécessairement de la façon la plus diplomatique. Mais la critique chez nous a généralement pour but d’aider à améliorer quelque chose et pas uniquement à pointer  » quelque chose qui ne va pas » juste pour le plaisir de le faire.

8. Les périodes de retrait sont normales et nécessaires à notre équilibre. Lorsque l’on se sent trop envahis par tout ce qui nous entoure et de façon prolongée, il arrive que l’on aie besoin de se couper du monde pendant quelques jours. Pour faire le vide et dormir. Se vider des énergies perçues ( quelles soient positives ou négatives), de repartir à zéro. Se reposer car notre sommeil n’est généralement pas vraiment au top.  Ne pensez pas que nous sommes en dépression ou que nous n’avons pas envie de vous voir. C’est juste une étape nécessaire. Laissez-nous quelques jours sans nous faire culpabiliser d’être peu ou pas présents pour vous. Parce qu’on vit déjà quelques fois mal le fait d’être différents. Nous faire penser que nous sommes égoïstes et pas normaux ne fait qu’accentuer le mal-être.

9. Soyez honnêtes sur vos sentiments. Ne mentez pas sur vos sentiments. Si vous n’êtes pas au top ne le cachez pas car on le ressentira. Nous préférons entendre que vous n’allez pas bien ou que vous êtes fâchés, ou tristes. On pourra se sentir plus en phase et prêts à vous épauler.  Si on ressent quelque chose qui ne cadre pas avec ce que vous nous dites, on passera notre temps à essayer de deviner pourquoi vous ne nous faites assez confiance que pour nous dire la vérité au lieu de nous focaliser sur votre ressenti.  Ou à nous demander pourquoi vous mentez.

10. Evitez les conversations sur les opinions politiques et les religions.  Tour ce qui tourne autour des opinions politiques et les religions sont quelque chose qui peuvent nous mettre dans des états lamentables. Car nous savons analyser ce monde et nous nous sentons impuissants quant à tout ce qu’il se passe.  On peut aussi être touchés ou choqués par une opinion qui ne semble pas très bienveillante.

11. On sait écouter vraiment, mais on a aussi besoin d’être écoutés. Le souci est que nous sommes capables d’écouter attentivement ce que les personnes disent, que nous sommes capables de nous mettre à leur place. On écoute et ensuite on tente de conseiller, réconforter, porter. Mais en sens inverse, cela ne se passe pas de la même façon. Souvent nous aussi avons besoin d’être écoutés, conseillés et réconfortés. Prenez vous aussi, de temps en temps, 10 minutes pour nous écouter. Nous aussi avons besoin d’avoir de vrais amis, des amis qu savent nous écouter.

12. Comprendre que nous avons peur du jugement.  Quelques fois on nous fait des remarques sur ce que nous sommes: tu es trop sensible, tu es trop faible, tu pleures trop etc etc…Cela ne nous aide absolument pas, que du contraire. Nous tentons déjà de comprendre un monde que nous percevons de façon beaucoup plus intense que la plupart des personnes, nous tentons de nous adapter tant bien que mal. Nous juger et nous dire que nous devons changer de nous aidera pas. Nous sommes ce que nous sommes et nous ne changeons pas. Il n’y a pas de baguette magique pouvant nous enlever notre hypersensibilité. Nous pleurons parce que nous sommes touchés ( tant en bien qu’en mal), nous pleurons pour libérer une énergie sur le moment. Nous ne sommes pas faibles car nous nous battons contre un monde qui ne nous est pas adapté. Nous avons peur de ce jugement qui nous met dans des cases sans savoir ce que nous sommes au plus  profond de nous, ce jugement nous blesse. Acceptez-nous telles que nous sommes.

J’espère que cette petite liste de 12 points  pour apprendre à comprendre les hypersensibles  vous sera utile et qu’elle vous aura éclairé sur notre façon de fonctionner. Le but est de nous aider à nous sentir faire partie de ce monde, nous aider à nous adapter.

Partager:

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *