Accueil » Dans le quotidien d’un couple hypersensible

Dans le quotidien d’un couple hypersensible

Sur le blog aujourd’hui, je vous propose de découvrir le joli texte d’ Emmanuelle, sur la thématique du couple hypersensible. Je vous en souhaite bonne lecture!

 

Emmanuelle Araujo aide les couples à vivre des relations sereines et authentiques, grâce à des accompagnements personnalisés en cabinet ou à distance. 

Imaginez : vous rentrez chez vous après une journée ordinaire. Votre moitié, qui travaille à la maison, est dans son bureau sur son ordinateur. Vous vous déchaussez, posez votre manteau. Puis vous marchez doucement vers la porte du bureau pour aller lui dire bonsoir, en vous arrêtant sur le seuil. Chéri pianote sur son clavier, dos à vous et face au mur, visiblement concentré. Avant même que vous ayez eu le temps d’ouvrir la bouche, voilà que vous l’entendez dire : « Oh, toi, on dirait que ça ne va pas. Il s’est passé quelque chose aujourd’hui ? », puis il se retourne, compatissant. Dans le mille !

Ca parait presque magique, hein ? Cette anecdote est réelle, tirée de ma vie quotidienne avec mon conjoint. Deux ingrédients sont combinés pour en arriver là :

1) Mon compagnon est extrêmement sensible à mes états émotionnels. Si je suis avec lui tout en ayant la tête dans mes pensées, il sent littéralement que « mon esprit est ailleurs ». C’est un super capteur !

2) Moi, je suis un véritable livre ouvert. Les émotions qui me traversent s’expriment sur mon visage, dans mon corps, dans l’énergie que j’émets, souvent à mon insu. Je suis une super émettrice ! Autant vous dire qu’il est difficile de mentir dans ces conditions… Ca tombe bien, je déteste ça.

Un couple, deux tonalités

Nous sommes tous les deux hypersensibles. Cette hypersensibilité a une coloration propre à chacun de nous, elle va se manifester différemment chez lui et chez moi.

En ce qui me concerne, je pleure beaucoup. Les larmes me montent aux yeux très facilement, dès que l’on discute de sujets un peu… sensibles. C’est comme ça depuis mon plus jeune âge. Je me souviens que des adultes me traitaient de « chochotte », agacés que je « pleure pour un rien ». J’utilisais alors une technique pour retenir le flot qui voulait s’échapper de mes yeux : je me mordais violemment le bout de la langue. Ca faisait mal, mais ça fonctionnait plutôt bien. Aujourd’hui, heureusement, je ne fais plus ce genre de chose. J’accepte que de  petites perles salées dégoulinent le long de mes joues dès qu’une émotion un peu intense arrive. Et je ne m’en porte que mieux !

Mon compagnon pleure très peu. Par contre, un trop-plein émotionnel peut le submerger rapidement et le vider de son énergie, au point qu’il s’écroule en quelques minutes (parfois quelques secondes, s’il ne l’a pas vu venir à temps !). Sa solution : les pénékés. Ce sont des micros siestes, de parfois moins d’une minute, qui lui permettent de se calmer et de régénérer son énergie. Incroyablement efficaces !

Le premier enjeu, dans un tel couple, c’est de ne pas juger son partenaire et d’accepter ses réactions. Nous pourrions facilement nous moquer l’un de l’autre. C’est vrai que ça pourrait paraître exagéré, de pleurer comme une madeleine à l’évocation d’un souvenir ou en pensant aux poissons qui disparaissent des océans. Ca pourrait paraître ridicule, de s’écrouler de fatigue à la fin d’une discussion vive. Mais nous avons décidé de nous respecter et de nous accepter comme nous sommes. Je ne suis pas lui, il n’est pas moi, nous ne fonctionnons pas de la même façon, nos limites ne sont pas identiques. C’est la base. Ce qui n’empêche pas un peu d’humour de temps en temps, avec un clin d’œil complice 😉

couple de personnes hypersensibles

Un cocon contre les agressions

Nous vivons à trois dans notre logement : lui, moi et une chatte. C’est un lieu paisible et ressourçant, comme protégé des agressions du monde extérieur.

Nos tentatives de vivre en grande ville ont vite tourné à l’enfer pour moi : j’ai un énorme besoin de calme. Je ne supporte pas les voisins bruyants, qu’on entend dans les appartements adjacents. Je serais extrêmement malheureuse si nous vivions encore en appart, ou près d’une route passante, d’un bar, d’une ligne de chemin de fer ou d’un aéroport.

À la maison, nous n’avons pas la télévision. Quand j’en avais une, je me sentais mal après avoir regardé le JT, les infos me déprimaient. Et sur Internet, j’évite des sites comme Twitter, qui ont tendance à me miner le moral à force de tomber sur des infos négatives. Je suis aussi incapable de regarder un film d’horreur ou trop violent, c’est une torture pour moi.

Pour les courses, ça se passe essentiellement au marché ou dans des petites boutiques. Les courses en supermarché ou dans les grands magasins de décoration, de bricolage, sont difficiles pour nous. Le bruit, les éclairages, les couleurs criardes, l’atmosphère, le monde… impossible de tenir plus d’un quart d’heure !

Les sorties en grand groupe, c’est très occasionnel. C’est qu’on est tellement bien chez soi, surtout l’hiver, blottis l’un contre l’autre avec notre petit chat. Il paraît que c’est une tendance maintenant, le nesting. Heureusement que les temps changent, avant on serait passé pour des pantouflards, maintenant nous sommes à la mode !

 

Du temps pour soi, du temps pour deux

Tout l’art de bien vivre ensemble consiste à trouver l’équilibre entre le temps pour soi et le temps à deux.

J’ai un fort besoin de solitude au quotidien. Pour être au calme, me centrer, être bien. Mon compagnon, lui, fonctionne plutôt par phases : il a des périodes où il est à l’aise à deux et des périodes où il a besoin d’être dans sa grotte.

Dans notre nouvelle maison, nous avons la chance d’avoir chacun son bureau. Un luxe ! Nous respectons vraiment nos espaces individuels. Lorsque l’on veut parler à l’autre, on frappe à la porte, même si elle est ouverte, on lui demande s’il est disponible. Ca peut paraître excessif pour un regard extérieur, mais c’est un signe de respect chez nous.

Le fait d’avoir deux espaces distincts est surtout un soulagement au niveau sonore : il adore écouter de la musique, je raffole du silence ! Dans notre maison précédente, nous partagions la même pièce. Nous nous arrangions en utilisant des écouteurs.

Bien sûr, j’ai conscience qu’avec deux adultes et une chatte, c’est facile pour nous d’avoir un environnement tranquille ! On verra si un enfant arrive, comment on se débrouillera. J’ai confiance en notre créativité pour trouver des solutions. Et en ma sensibilité : je suppose que j’accepterai plus facilement les cris de mon bébé que les hauts parleurs de supermarché !

Prendre soin de nous

Au fil des ans, nous avons appris à répondre à nos besoins. Individuellement et l’un pour l’autre, toujours en vérifiant la disponibilité et l’accord de l’autre. Nous avons chacun un fort besoin d’écoute (surtout moi !), de tendresse (surtout lui !), de câlins, d’empathie. Parfois c’est plus moi qui suis en demande, parfois c’est plus lui, ça varie.

Et puis, il y a un autre facteur : je suis une personne multipotentielle (on dit aussi HP ou zèbre). Et ce n’est pas toujours facile à gérer, compte tenu de la sensibilité de mon chéri. Parfois dans mes élans d’enthousiasme je vais trop vite, trop loin, ça réveille chez lui des angoisses. Alors je sais que je dois faire attention, prévenir, cadrer, veiller à la sécurité émotionnelle. On a quelques outils pour ça maintenant, on s’en sort bien.

« Et les disputes, comment ça se passe ? » on m’a déjà demandé. C’est assez simple en fait : on n’en a (quasiment) pas. C’est un choix. Parce qu’on avait tous les deux envie de ne pas se disputer, on s’en est donné les moyens. On a appris à communiquer énormément, sur notre couple, sur nos vécus respectifs. Et comme ça, nous grandissons ensemble depuis plus de six ans. C’est un tel succès, un tel bonheur, que j’en ai fait mon métier : facilitatrice relationnelle pour les couples, afin d’aider les personnes à vivre à deux en harmonie. Inspirée de mon vécu, de mes expériences pratiques quotidiennes, de mes recherches personnelles, de mon cheminement professionnel, j’ai développé une approche originale que j’ai appelée « écologie du couple ». Une façon d’être heureux ensemble dans le respect de la sensibilité de chacun.

Merci à Corinne pour son accueil, n’hésitez pas à visiter mon site, à très bientôt !

Participez gratuitement au Défi 7 jours pour devenir actrice/acteur de son couple !  

 

J’espère que ce texte autour du couple hypersensible vous aura été utile et que vous avez apprécié ce moment, n’oubliez pas de commenter et partager !

Share:

2 Comments

  1. Valentin
    24 octobre 2018 / 19 h 38 min

    Merci, j’ai enfin pour la première fois de ma vie, de vrais réponses a mes questions.

    • Fabien fritz
      29 mai 2019 / 18 h 05 min

      Moi aussi merci pour ce tes beau témoignage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *