Accueil » Je suis une douce malédiction

Je suis une douce malédiction

Depuis aussi longtemps que je me souvienne, j’ai toujours jugé qu’il était important de faire les choses complètement. Le monde étant déjà envahi de superficiel et de « peu engagé ».  Je l’ai peut-être pensé tellement tellement profondément que c’est devenu partie de moi, sous ma peau et battant dans mes veines… Je suis alors devenue  » moi », il y a très longtemps, lorsque je n’étais encore qu’un enfant.

Je suis devenue un peu extrême, j’ai commencé à ressentir les choses, toutes les choses profondément. Je me suis sentie telle une belle catastrophe de la nature, une contradiction vivante, une optimiste réaliste, une rebelle partiellement civilisée…Mais plus fort que tout le reste, je pense que je suis devenue simultanément la plus joyeuse et la plus triste des humains sur cette Terre….Je me suis auto-cataloguée de rebelle compliquée. Comme pour ne pas devoir expliquer à tout va mon moi intérieur et ses tribulations.

Au plus de personnes je rencontre ces derniers temps et au plus je me rend compte que je fais partie d’un  » type de personne » et pourtant je déteste ranger les humains dans des « cases ».  Je rencontre par le biais du net des personnes similaires à moi, se posant le même type de questionnements. Ressentant le monde aussi intensément que moi…Je me rend compte que je ne fais pas partie de la normalité, je ne fais pas partie de la banalité. Ce que je vis, ce que je ressens… tout ce que je perçois sont en simultané un don et une malédiction. Comme si je ne faisais pas vraiment partie de ce monde, comme si je n’y avais pas vraiment ma place.

Comme si je devais appartenir à autre chose qu’ici et maintenant…

Cela fait de ma vie une espèce de quête, vous savez ce type de quête tellement puissante qu’elle en devient dévastatrice intérieurement…à tel point que plus personne ne semble ni me comprendre, ni réellement me connaître au final. Parce que j’ai cette fâcheuse tendance à ne pas vouloir me montrer telle que je suis de l’intérieur avec toute cette puissance, de peur que l’on ne m’aime pas, de peur que l’on me juge…que l’on m ‘écarte.

Quelques fois je ne me sens plus vivante à force de tout ressentir et je me bloque à tout, et j’en arrive à implorer de ressentir de la douleur. Pas le type de douleur en surface et physique, mais plutôt le type de douleur profonde et cinglante. Ce type de douleur que l’on ressent lorsque l’on se met à courir au milieu d’une foule de personnes qui ont en guise de coeur des lames de rasoir, ou des bouches qui se remplissent de mots percutant le coeur. Me sentant convaincue qu’avant de mériter le bonheur, le vrai, celui de ma quête… je suis obligée d’en passer par la case de la souffrance profonde inter-sidérale. Celle qui te remue au plus profond de ton être et de ton âme. Et puis je me pose dans la perspective d’autrui et je me rend compte que quelque chose ne tourne peut-être pas rond avec moi et tout recommence…pourquoi je suis comme je suis, dans quel but suis-je comme je suis….

Je peux concevoir que c’est difficile à comprendre. Je n’ai jamais blâmé ceux qui n’ont jamais tenté de le faire. Où ceux qui me demandent pourquoi je retournait continuellement vers les personnes qui m’avaient dégommée en tenant encore prêt leur arme chargée, prêtes à appuyer sur la détente.

Personne n’a jamais réellement compris pourquoi l’amour me semble terrifiant, comme si personne ne saisissait réellement le spectre de ce truc incensé qui peut s’ avérer aussi dévastateur que sauveur de vie. D’où cet air de femme sans coeur que l’on me prête quelques fois si volontiers, lorsque l’on ne tente pas de voir sous ma carapace.  L’amour, ce sentiment dont j’ai peur. Cette chose qui pourrait atteindre ma peau et la titiller, qui pourrait s’engouffrer dans mes veines. Qui pourrait me faire mal, me faire ressentir encore plus  » tout ».

Elles pourront peut-être en saisir des bribes et des morceaux, percevoir un faible souffle de la tempête qui fait rage en nous. Et puis peut-être qu’un jour quelqu’un percevra cette tempête, cette complication que je suis, ce don maudit. Une personne qui fera tomber les barrières. Une personne qui aura le pouvoir de calmer cette tornade. Car elle finira par passer cette tornade, dans la vie ou dans la mort elle tombera…

En lisant cet article, je suis convaincue que des personnes seront prêtes à me coller une tonne de petites étiquettes sur le dos.  Sur la personnalité, sur le fait de mettre à nu de sentiments aussi profonds sur le net, certains parleront de déséquilibre chimique ou que sais-je encore..Certains diront que je suis trop émotionnelle, pas assez rationnelle…Le pire serait de vivre un engourdissement total qui ne génère aucun sentiment chez autrui, comme quelque chose de totalement blanc, lisse et sans intérêt. Ensuite je me dis que montrer ce côté sombre n’est pas malsain, ce côté fait partie de chacun d’entre nous.

Je veux ressentir ce feu qui me rend vivante et qui me fait survivre jusqu’ au lendemain malgré ces milliers de questions qui survivent elles aussi dans ma tête.

Je veux que vous perceviez  ce feu qui brûle en moi au travers de mes yeux. Que vous puissiez le toucher du bout de vos doigts.  Que vous soyez choqués par cette intensité, que vous aussi vous puissiez vous laisser aller à ressentir, montrer, dire, vivre. Que vous puissiez aussi aimer la vie aussi profondément que je l’aime.

Que vous puissiez  ressentir cette vie avec une ardeur qui vous semblait auparavant impossible. Même que pour un seul instant. Que vous vous rendiez compte qu’ au delà de ma noirceur, lorsque je ris je ris aux éclats à en avoir mal aux joues.

Que lorsque je danse je ressens la musique comme si je faisais partie d’elle et que cela me rend heureuse de fusionner avec elle, que lorsque j’aime, j’aime à en crever.

Que je peux être le sanctuaire de vos secrets si vous êtes vraiment mon ami(e), que je peux être votre échappatoire ou un instant de protection lorsque vous vous sentez en danger. Je peux aussi être celle qui vous montrera que vous êtes important(e) et que vous comptez dans ma vie, que je vous crée une place bien douillette dans mon monde de folie intérieure, faite sur mesure et remplie de bienveillance. Car lorsque j’aime, je veux rendre l’autre heureux. Je vous montrerai qu’il est possible de rassembler les pièces de chaque personne perdue et brisée juste avec de la volonté. Je vous montrerai que vous avez le droit à être heureux, oui vous le méritez.

Et lorsque cela vous arrivera le temps d’ un court instant, je veux que vous me voyez telle que je suis vraiment. San poser aucune étiquette…

Souvent je souffre parce que ce sentiment me rempli. La souffrance grandit souvent lorsqu’on se sent vide et incompris. Moi en tout cas. Et la ressentir me fait me sentir vivante. Et en ce moment j’ai tellement envie de me remplir d’autre chose que de souffrance pour me sentir vivante… Et je sais que je suis la seule personne à pouvoir m’autoriser  » ça » mais ça me terrifie…

Je ne sais pas pourquoi je suis née hypersensible et aussi intense, je ne sais pas pourquoi je suis dotée de ce don ou malédiction. Je sais simplement que je suis née et que je suis ce que je suis pour une raison. Raison que je n’ai pas encore trouvée. Je ne connais pas encore la raison de pourquoi je suis comme je suis mais un jour cela sera évident et cela comblera peut-être ce vide atroce que rien ne semble apaiser, ni combler. Je l’espère. Trouver l’équilibre entre le clair et l’obscur…

Je suis compliquée, complexe et difficile. Aussi compliquée à résoudre qu’un Rubix Cube pour un débutant mais je pense qu’u jour quelqu’un pensera que j’en vaux la peine…
Ils me disent que je suis trop sensible, que je suis faible Mais la vérité c’est que je ressens tout intensément. Chaque mot, chaque action, chaque phrase , chaque énergie me percutent et transpercent mon coeur de plein fouet…Je suis une douce malédiction pour quiconque ose m’approcher…

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *