Accueil » Gérer les haters avec bienveillance

Gérer les haters avec bienveillance

“Mon petit chat, une fois en ligne, tu deviens quelque chose de public, une cible”

Et souviens toi que Mère Térésa, elle aussi avait des haters.

C’est ce qui m’est arrivé, comme à des millions de gens sur Terre qui sont actifs sur le web. Les gâtées ont commencé leurs attaques.
Cela a commencé lorsque j’ai commencé à donner des opinions tranchées sur mon blog beauté, ou ma page ou sur des forums. Contre le marketing abusif, le greenwashing. Je voulais que des consommatrices qui n’avaient pas le temps ou pas les connaissances, ne tombent pas  dans le panneau du cancer en boite.

J’ai reçu des commentaires agressifs, insultants et rabaissants  sous deux de mes articles, j’avais pris la décision de me dresser contre un géant dans le domaine cosmétique.

J’ai aussi reçu des mails de menaces, des choses qui m’ont fortement atteinte dans un premier temps. Et je me suis rendue compte que cela générait chez moi de la colère. De la colère car la majorité de ces personnes étaient des personnes manipulées, addicts et surtout des inconnus qui arrivaient par là suite à l’ampleur que cela avait pris, qui ne me connaissaient pas, et qui se permettaient de porter un jugement sur ma personne. Pas sur les faits, mais bien sur ma personne et ma légitimité. Ce n’était pas beau du tout à lire.

Et j’ai commencé à me demander: mais pourquoi!

Aujourd’hui j’ai la réponse. Je vous en parle plus bas.

Les médias sociaux sont des armes à double tranchant.

C’est devenu une réalité dans le monde entier: vous pourrez et vous serez jugé(e) par des inconnus du web. Ces personnes sont maintenant armées d’un tas d’outils pour vous atteindre, véhiculés par #leweb: des tweets, des commentaires sur Facebook ( les groupes sont un vivier de négativité et de jugement), sous les vidéos YouTube aussi on voit pas mal de saloperies passer.
Ces personnes sont armées dès qu’elles sont en ligne. Elles déposent haine, jugement. Publiquement, à la vue de tous. C’est leur façon d’exister et de se sentir importants et écoutés.

Et même si vous n’êtes pas blogueur ou YouTubeur, vous déposez de ci et de là des morceaux de vous, de vie, des avis. Ouverts à la critique et malheureusement au jugement. Le partage de votre promotion au boulot, un avis tranché sur un sujet d’actualité par exemple.

Les médias sociaux sont des outils de connexion incroyables qui vous feront découvrir des personnes et ressources géniales, mais également des outils qui vous feront arriver dans dans des espaces remplis de malveillance. En contact avec des pervers, des sociopathes, des personnes malveillantes qui attaqueront votre estime de vous.

Il faut donc trouver un juste milieu et rester prudents. Des haters j’en croise tous les jours, dès que je poste un article qui dénonce du greenwashing, ou sur des groupes végans ( ce sont les groupes les moins bienveillants d’ailleurs).

Alors que les haters sont devenus une réalité au quotidien, il faut apprendre à gérer. C’est malheureux de devoir en arriver là, nous sommes d’accord. Il faut arriver à passer au dessus de la méchanceté, de ce qui blesse, en sachant que derrière il y a une personne qui est prête à vous sauter à la jugulaire. Quelle est La solution?  La COMPASSION

Et là je vois la pause et votre esprit qui se dit: WTF? De la compassion?  Pourquoi de la compassion envers ces méchantes personnes? C’est pourtant si simple.

ne pas répondre au haters

Les Haters sont des personnes blessées et malheureuses.

Je reconnais que la compassion n’est pas l’approche la plus commune pour réagir face à une personne qui vous a insultée, maltraitée et blessée. Qu’elle vous aie attaquée sur votre physique, vos opinions, votre personnalité ou vos compétences.

Mais voilà, le truc c’est que les personnes blessées, blessent les autres. C’est quelque chose que j’ai découvert et validé. Réfléchissez-y un peu: es-ce qu’une personne heureuse et ayant confiance en elle prendrait du temps au quotidien pour se connecter et blesser d’autres personnes? Es-ce qu’une personne heureuse et bien dans a vie se donnerait le pouvoir d’empiéter sur votre vie et vos opinions? Une personne bienveillante passerait son temps à degommer autrui?  Cela n’a pas de sens.

Les gens vraiment heureux sont rarement malveillants. Ils sont reconnaissants envers la vie.
Les gens malheureux et blessés dans leur fort intérieur sont généralement en colère, ils en veulent à la Terre entière et donc à chaque personne qui semblera heureux, avoir des opinions logiques et censées et posées, qui semblera bien dans sa peau et dans sa vie.

Avoir, ressentir de la compassion pour autrui ne signifie pas que la personne vient de gagner un ticket de loterie gagnant de votre part. Cela ne justifie pas leur comportement et cela ne signifie pas que vous acceptez. Ce que cela fait c’est de nous ouvrir à un changement bienveillant. Cela nous permet de nous poser, de réfléchir, cela nous permet de regarder au-delà de notre ego et de travailler à partir de notre moi supérieur.
Cela permet de mettre en lumière le fait qu’il y a tous les types de personnes dans ce monde, et nous sommes tous à un point différent de notre voyage ici. Les haters ne sont pas encore à ce moment d’éveil ou de prise de conscience qu’ils sont malheureux et qu’il serait bon de changer.

compassion envers les haters

L’outil à utiliser pour gérer les haters.

Ressentir de la compassion n’arrivera pas dans votre vie en demandant à une marraine la bonne fée d’agiter sa jolie baguette magique. Cela se travaille. Il est humain de ressentir une émotion et généralement nous avons tendance à vouloir réagir à chaud.

Avant de répondre, de ressentir de la colère ou de la douleur morale: stoppez-vous net. Dites-vous que la personne ne vous connait pas, qu’il s’agit uniquement d’une personne inconnue et malheureuse. Ne lui donnez pas le pouvoir d’entrer dans votre vie et de vous atteindre. Demandez-vous ce que ferait une personne posée et bienveillante. Cette personne que vous êtes, ou que vous essayez de devenir.

Respirez, fermez les yeux. Pensez à une boule noire qui arrive près de vous, voyez-là comme une boule de tristesse et de douleur, dites lui mentalement que vous n’appréciez pas son comportement mais que vous lui envoyez plein de tendresse ou d’amour pour qu”elle aille mieux.
Et éloignez-là de vous. En la voyant mentalement devenir un nuage qui s’efface et qui devient un joli petit nuage qui flotte tout fluffy. Prenez cet exercice au sérieux, cela fonctionne.
Essayez de vraiment ressentir la méchante boulette et envoyez-lui vraiment de l’amour vrai qui vient de tout au fond de votre coeur.  Respirez à nouveau et ouvrez les yeux.  ( cela me fait penser au films Etranges Créatures et les Obscurus, alimentés par la haine et apaisés avec l’amour et la compassion).

Après avoir réalisé ce petit exercice  vous aurez envoyé  de la compassion mentalement à cette personne, à ce hater. Cela viendra facilement après chaque pratique.

Soyez reconnaissant(e) de ne pas être à l’autre bout, de ne pas être ce hater malheureux et blessé. Imaginez comment cela doit être difficile de ressentir toute cette douleur et toute cette haine. Ensuite, passez à autre chose, tout simplement. Sans juger, sans haine.

Lorsque vous vous sentez attaqué par un hater, ne laissez pas le jugement vous toucher. Vous savez ce que vous êtes et personne ne peut essayer de vous dégommer. Surtout, ne répondez pas, pour ne pas alimenter l’acharnement. Cela ne servirait à rien d’essayer de recadrer ou d’essayer de lui faire prendre conscience qu’il ou elle est malheureux et qu’il a besoin d’aide. Faites le petit exercice proposé, que vous soyez devant votre pc, devant la personne elle-même.
Et juste ensuite, pensez mentalement à 2 choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant(e).

Etre reconnaissant et pratiquer la gratitude vous permettra de vous détacher de la situation et de vous apaiser. 

Et pour terminer, sachez que les émotions sont contagieuses. Des exemples flagrants: un fou rire fera rire ou sourire les gens tout autour ou une salle d’attente chez le médecin où tout le monde tire la gueule ne donne pas envie d’arriver en mode #jaimelavie.

Si vous permettez à une personne que vous ne connaissez pas et qui ne fait pas partie de votre vie de vous atteindre, c’est vous qui ruinez votre journée. Passez au dessus, pratiquez le petite exercice et terminez par quelques gratitudes. Ne laissez dans le moment qu’une place à la bienveillance, à la tendresse, la compassion et l’amour.  Personnellement, je relis le nom de la personne et mentalement je lui souhaite de prendre conscience qu’elle est malheureuse  et qu’elle blesse des gens, et que j’espère du fond du coeur qu’elle pourra être heureuse malgré son histoire et ses blessures.

En gérant les haters de cette façon, vous avez que vous êtes dans la bonne direction. J’en suis personnellement convaincue.
Aujourd’hui je pratique régulièrement car oui j’en croise encore des tas de haters, leur jugement et leur haine ne m’atteint plus dans mon moi intérieur, j’ai accepté que c’est juste une autre triste réalité. Je ne ressens pas de colère ou de haine contre ces haters,  je ressens plutôt de la tristesse et de la compassion.

Et sincèrement, j’espère qu’un jour ils pourront être heureux et à leur tour envoyer plein de bienveillance, autant que toute la malveillance qu’ils auront pu propager auparavant. Gérer les haters cela s’apprend et j’espère que vous pourrez apprendre de mon expérience.

Partager:

3 Commentaires

  1. Ana MOLKO
    6 août 2017 / 13 h 50 min

    J’adore, merci ton blog est super. Et tu ne mâche pas tes mots, ça fait du bien !

  2. Fabien
    6 août 2017 / 13 h 53 min

    C’est un bel article que tu as écrit là ! C’est vrai qu’au final, si on attache beaucoup d’importance à la personne “en face” qui t’insulte pour t’insulter, tu rentres dans son jeu et le piège se referme sur toi !
    Je n’en suis pas (encore ?) au stade de la compassion. En revanche, je m’efforce maintenant de ne plus répondre aux attaques gratuites de certains, parce qu’ils n’ont pas d’autres arguments (en général) pour dire : “Je ne suis pas d’accord avec toi, parce que…” Et quand je me rends compte que je ne l’ai pas fait, je suis fier de moi !

  3. MllexCeline
    6 août 2017 / 17 h 03 min

    Les haters, le fléau d’internet malheureusement. Il y a en a de plus en plus qui prennent plaisir à commenter méchamment sur les blogs, instagram, etc.
    Il faut savoir prendre sur soit pour passer au dessus des commentaires et ne pas En etre affecté.
    XoXo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *