Accueil » Hypersensibles: se sentir drainés et jugés

Hypersensibles: se sentir drainés et jugés

Les hypersensibles: se sentir drainés et jugés. Cela vous parle? Bien entendu. Et cela m’a aussi parlé pendant une longue période de ma vie.
J’ai envie de vous en parler et de vous proposer des astuces qui ont eu un effet positif pour moi.

Je ne sais pas comment s’est passée votre enfance et votre adolescente, mais de mon côté il y avait une phrase que  ma mère me disait en permanence lorsque on se disputait ( que je sois en tort ou pas): arrête de pleurer et de manipuler les gens pour qu’ils arrêtent de t’engueuler.
Elle pensait que je pleurais, lorsqu’on s’engueulait pour qu’elle prenne pitié et stoppe. Mais en fait certaines de ses phrases et de ses mots me blessaient tellement, que la seule chose que je pouvais faire pour ne pas m’effondrer était de relâcher la pression et pleurer.

C’est de cette façon que j’ai cru que pleurer était quelque chose de mauvais, quelque chose qui était associé à la culpabilité et la manipulation.
J’ai commencé à me cacher pour pleurer, à cacher mes sentiments, à me construire une armure parce que j’étais honteuse d’être sensible, d’avoir besoin de pleurer pour me sentir mieux.

Même des personnes plus bienveillantes, à l’école par exemple, me disaient que j’en faisais trop. Parce qu’au lieu de rendre une simple réponse à un exercice, je faisais des recherches, j’analysais et je rendais de longs devoirs, toute fière d’avoir appris. Et on me culpabilisait pour cela aussi. J’ai donc commencé à développer de la honte de vouloir apprendre et d’être intelligente.

J’ai développé cette perception que quelque chose n’allait pas avec ma personne, que j’étais trop sensible, trop ceci et trop cela.
Ou pas assez dans la norme. Et je passais beaucoup de temps à analyser et cela me prenait toute mon énergie.
Et j’ai commencé à penser qu’être moi n’était pas ok et que je le monde me percevais mal. J’ai développé un masque social pour me fondre dans la masse. Comme beaucoup d’hypersensible et de sur-efficients.

Ils ne voyaient que la surface et l’iceberg et pas l’océan qui faisait rage par dessous.  Ils ignoraient que je voyais tout, les moindres détails, que mon esprit était actif en permanence, et que je souffrais en silence. Ils ignoraient combien s’était exténuant de devoir prendre sur moi pour me fondre dans la masse et ne pas me sentir submergée par toutes les énergies que je ressentais. Ils ne se rendait pas compte de comment je ressentais l’anxiété qui était oppressante, et comment mon esprit était en mode « fucked up » parce qu’il devait faire face à trop de choses en même temps. Et j’ai vécu de nombreuses années comme ça jusqu’à faire une énorme dépression et m’effondrer il y a 12 ans.

Et puis j’ai décidé que je ne voulais plus vivre comme ça, que je voulais autre chose, juste être heureuse au final. Mais toujours avec la peur de me montrer telle que je suis réellement, avec toutes mes facettes, mes peurs, mes moments de vulnérabilité, de force, de puissance, même de violence. Mon côté très lumineux et mon côté sombre. Toujours tiraillée entre le ciel et les ténèbres.

En 2013 j’ai vécu ma première période dite d’éveil et je me suis rendue compte que j’étais hypersensible, qu’il y avait un mot qui catégorisait ce que j’étais. J’ai découvert que je n’étais pas la seule. J’ai ensuite appris énormément de choses sur le fait d’être hypersensible et que c’était ok d’être  » comme ça ».

J’ai accepté que j’ai une perception accrue des choses, des intuitions poussées, que je ressens les gens et les énergies, que je me sens connectée à tout.
Je me suis rendue compte que j’étais une éponge, que j’absorbais les énergies des autres, surtout leurs émotions.
J’avais cette capacité d’analyse à un niveau de détail que mes collègues/amis/famille ne pouvaient pas atteindre
Je me sentais très fatiguée, exténuée lorsque j’étais dans la foule, que je ressentais le chaos du monde.

Puis je me suis rendue compte de mes réactions face à tout ceci, comme le fait de trop analyser les situation et me fatiguer.
Prendre en compte les jugements de certaines personnes et ensuite me rendre compte que les avais assimilées comme des vérités.
Que je me jugeais en permanence sur ce que je ressentais au lieu d’écouter mon corps et faire en sorte de me protéger.
Que j’ignorais certaines de mes intuitions vis-à-vis de certaines personnes de peur qu’on ne me dise que je suis hautaine, asociale ou méchante.
Que je prenais sur mon dos la souffrance des autres au lieu de mettre en place des limites pour les aider sans me drainer.

Aujourd’hui, 6 ans après, je pense avoir parcouru un long chemin, qui n’a pas été fluide tout le long mais aujourd’hui je suis fière d’avoir mis en place certaines choses pour m’accepter, arrêter de culpabiliser, de me laisser drainer.
Bien que je ressente encore tout de façon si intense, et que souvent la tempête fait encore rage par moments, je me sens mieux.  Tout est devenu plus fluide.

J’ai appris à prendre soin de moi, à écouter mon corps, mes besoins et de moins me focaliser sur ce que les autres pensent de moi. Car même s’ils me jugent ou ne m’apprécient pas, je n’ai aucun contrôle sur cela. Et c’est ok que l’on ne m’apprécie pas pour ce que je suis. Et j’apprend aussi doucement à ne plus me juger ou me culpabiliser, comme je le faisais si bien auparavant.

Je me suis fabriquée une petite boite à outil personnalisée, dans laquelle je pioche, selon le moment.On y trouve de la méditation, des bains chauds ou des journées aux thermes, de longues balades dans les bois, ou au lac. Ecouter de la musique allongée sur mon lit ou dans mon jardin.

Mais cette petite boite à outil n’est qu’une partie des choses que j’ai pu mettre en place.
Alors si vous aussi, vous vous sentez drainé(e), honteux, honteuse, jugé(e)s, il est probable que ce qui suis vous sera utile. La clé réside entre un mix de la boite à outil et un shift d’attitude.

hypersensibles fatigue intense

Voyons ci-dessous les points sur lesquels travailler, il faut du temps et de la patience, Rome ne s’est pas construit en 1 jour.

Astuces pour se sentir moins drainés de toute énergie:

  1. Les situations et les personnes ne peuvent vous drainer de votre énergie que si vous ne fixez pas de limites claires. Vous avez la possibilité et le DROIT de fixer des limites tout en étant dans l’écoute bienveillante.
  2. Il n’est pas égoïste de prendre du temps pour prendre soin de soi. En tant qu’éponges géantes, et même en posant des limites, nous faisons malgré tout face à de la fatigue plus intense. Prendre du temps seuls fait du bien: lisez dans votre lit à la lueur d’une lampe tamisée, prenez un bain avec la senteur de votre bougie préférée, jardinez, tricotez, allez aux thermes nager, offrez-vous un massage, ou juste 10 minutes de Yoga ou 15 minutes de méditation.
  3. Vous n’avez pas l’obligation ni le pouvoir de résoudre les problèmes des autres personnes, être simplement dans l’écoute et le conseil est suffisant. Vous n’avez pas l’obligation de vous positionner en tant que sauveur. Uniquement la personne peut prendre la décision de se sauver ou pas, malgré tout les efforts que vous pensez déposer. Essayer de les sauver c’est un peu comme leur voler la possibilité d’évoluer par eux-mêmes.
  4. Vous n’avez pas l’obligation de faire des choses qui vous submergent ou vous drainent pour faire plaisir: manifestations, concerts, réunions, ateliers. Expliquez simplement aux personnes que cela vous fatigue intensément et déclinez poliment en les remerciant.
  5. Vous êtes le/la seul(e) responsable de vos émotions. C’est simplement votre réaction face à une situation. A vous de les analyser et voir pourquoi cette situation a généré chez vous ces émotions vives.
  6. Ecoutez votre intuition au lieu de votre anxiété. On se force souvent à faire des choses ou à ne pas quitter des lieux par politesse. Par peur du regard de l’autre. Si vous ressentez le besoin de quitter, quittez sans vous justifier. Expliquez simplement que vous vous sentez très fatigué(e).
  7. Le sommeil n’est pas un luxe pour les hypersensibles, nous faisons face au traitement de millions d’informations, énergies, sensations tous les jours, nous sommes vite fatigués émotionnellement et le sommeil permet de nous ressourcer et de remettre les compteurs à zéro, encore plus que chez les non hypersensibles.
  8. Le plus important est de toujours vous demander, lorsqu’une sensation vous dérange est: de quoi ais-je réellement besoin en ce moment précis.

Astuces pour ne plus se sentir honteux

  1. Vous ne pouvez pas changer le fait que vous êtes une personne hypersensible et que vous système sensitif et nerveux traite et assimile toute chose de façon plus intense. Vous ne vous sentez pas honteux d’être né avec les yeux marrons, faites de même pour votre hypersensibilité.
  2. Etre une personne hypersensible n’est en aucun cas une faiblesse: votre hypersensibilité est la source de votre créativité, votre intelligence émotionnelle, votre capacité à ressentir de la compassion et de l’empathie, de comprendre les choses de façon détaillée. Elle est plutôt un don, si bien gérée. Faites ce shift de pensée et ne soyez pas honteux.
  3. Il n’y a rien d’étrange ou qui cloche chez vous, vous avez droit à autant d’amour, de respect que n’importe quelle personne sur cette Terre.
  4. Si une personne se moque de votre sensibilité ou tente de vous faire culpabiliser, sachez que c’est ok d’être sensible et que le problème est l’autre personne, pas vous. Dites lui combien vous aimez cette sensibilité et que vous ne prendrez pas en compte sa remarque désobligeante. Cela pose la limite et lui montre que vous êtes sensible mais pas faible.
  5. Vous n’avez pas besoin de « réparer » votre intensité émotionnelle. Vous devez par contre observer vos émotions, les comprendre afin de pouvoir les gérer au mieux pour ne pas entrer dans un cercle vicieux de sur-intensité qui vous conduira au burn-out.
  6. C’est Ok de pleurer souvent, en public ou pas. C’est une façon comme une autre d’exprimer une émotion ou d’évacuer la pression. Il m’arrive de pleurer régulièrement, même en public. Il ne faut pas en avoir honte, cela ne nous rend pas faibles ou vulnérables. J’explique souvent sur le moment pourquoi je pleure et souvent les gens sont à l’écoute et son ensuite émus, car ils ne percevaient pas l’intensité de la situation/moment comme moi.
  7. La honte vient de l’histoire que vous vous racontez sur vous-même- et vous pouvez changez cela en étant plus bienveillant(e) envers vous. Soyez fier/fière de qui vous êtes.
  8. N’ayez pas honte de certaines de vos réactions impulsives, maladroites, ou exagérées. Chaque personne a une façon différente de réagir face à certaines choses. Vous n’êtes pas ce que vous faites. Si vous avez réagit de façon excessive suite à une sur-stimulation, vous pouvez simplement expliquer le pourquoi à la personne et vous excuser si vous avez été trop loin dans vos propos.

hypersensibles jugés

Astuces lorsque vous vous sentez jugés

  1. Le plus important à retenir est que ce que les autres pensent de vous leur appartient, et que leurs opinions négatives et leurs jugements ne peuvent vous faire de mal que lorsque vous laissez la porte ouverte.
  2. Ce n’est pas parce que quelqu’un vous dit que vous être  » trop sensible », que cette personne vous demande de changer ou que c’est mal.
  3. Ce n’est pas parce qu’une personne minimise vos émotions qu’elles ne sont pas légitimes.
  4. Vous avez le droit de rompre une conversation et tourner le dos si une personne vous manque de respect, vous juge ouvertement.
  5. Ne faites pas de suppositions, quelques fois nous pensons qu’une personne nous juge, mais ce n’est pas le cas. Elle fait peut-être elle-même face à des émotions vives.
  6. Si une personne ne reconnait pas votre valeur en tant que personne, c’est cette personne qui perd au change et pas vous. Ils manquent de connaître une relation avec une personne intéressante, sensible, empathique, fidèle qui ne les jugera pas et qui ne leur fera pas de tort.
  7. Il n’est pas nécessaire de plaire à tout le monde ou que tout le monde vous comprenne. N’ayez pas honte si le courant ne passe pas avec une personne, c’est ok.
  8. Ne vous jugez pas, essayez d’être bienveillant(e) en commençant par vous-mêmes.

Il va de soi que tout ce travail ne se fait pas en un claquement de doigts, il faut pratiquer tous les jours un peu.
N’hésitez pas à relire cet article lorsque le besoin est présent, où à l’imprimer et le mettre à disposition lorsque vous sentez que vous êtes dans la mauvaise boucle. Rajoutez-y vos astuces personnelles.
Comme pour toute chose dans la vie, c’est la pratique régulière qui paie.

On ne nous demande pas la perfection, mais de pouvoir nous sentir mieux au quotidien, sans être submergés, drainés ou mal dans notre peau.
Nous restons des humains et nous ne sommes ni parfaits, ni indéfectibles.
Nul besoin de construire une énorme carapace autour de nous pour nous protégez, poser de jolies limites est largement suffisant. Poser une trop lourde carapace peut nous couper du monde et nous drainer également.

Ce monde a besoin de personnes sensibles, intenses, qui ressentent, qui sont bienveillantes. Dans un monde armé, violent et où l’humain perd son humanité. Ce monde a besoin de personnes qui n’ont pas peur d’être qui ils sont, de montrer leurs sentiment, de ressentir, d’aimer et de planter des graines pour faire changer les générations suivantes.
Ce monde  a besoin de personnes hypersensibles pour leur montrer la beauté de ce monde, qu’il est possible d’en créer encore plus avec une touche d’empathie, d’amour et de bienveillance et un peu de magie.

Mais on ne peut accomplir cette jolie mission que si vous prenons soin de nous, que nous posons des limites et que nous apprenons à nous accepter tels que nous sommes. Le jugement est quelque chose d’inévitable, la clé est de savoir si nous le laissons nous contrôler, nous définir; ou pas….

Partager:

1 Commentaire

  1. Elisa
    26 mars 2019 / 9 h 09 min

    Je viens de partager ton article sur ma page. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *