Accueil » Lâcher prise sur une relation

Lâcher prise sur une relation

Lâcher prise sur une relation a changé ma vie. Perdre mon meilleur ami m’a rendue plus forte. Avec le recul je me rend compte que cette amitié n’était pas saine. Elle m’a engloutie au lieu de me tirer vers le haut.  Je me demande pourquoi je le nomme encore meilleur ami, car en fait, il n’a pas été le meilleur ami d’entre tous. On dira qu’à un moment de ma vie, il a été l’ami le plus proche.

J’ai donc « perdu » mon meilleur ami après une relation intense qui a duré presque 3 ans. Parce que j’ai décidé de ne plus le mettre sur un piédestal, parce que j’ai osé lui dire qu’il n’était pas parfait et qu’il n’ était pas vraiment la définition d’un meilleur ami… Je pense qu’il n’a pas apprécié le fait que je puisse penser par moi-même et que je puisse lui trouver des défauts.

Cet ami, je l’ai rencontré pendant une période ma vie où j’allais mal mais où j’essayais tant bien que mal de me tirer vers le haut.  C’était une période assez difficile de ma vie. Une période où je doutais de moi, de mon avenir, de mon utilité sur Terre. Je doutais de mes capacités, j’avais peur de montrer qui j’étais réellement.

On a partagé des journées entières de partage, de fous rires, des nuits de guindailles, on  a aussi beaucoup pleuré ensemble. J’avais l’impression d’avoir trouvé une autre partie de moi à travers lui. Il est devenu mon ami, mon confident, mon miroir, mon double. J’avais besoin de lui à tout moment pour me sentir vivante.  Je l’avais dans les tripes.

Quand on était pas ensemble en formation, on se voyait le weekend, double patte et patachon, j’avoue Patachon c’était moi lol
Après la formation on a continué à être proches, on se voyait très souvent on continuait le partage des heures entières sur le net, par téléphone et quand on se retrouvait pour guindailler ou se bourrer la gueule, c’était toujours génial.  Il avait autant besoin de moi, que moi de lui.

Et puis du jour au lendemain, il a rencontré une fille qui lui plaisait, j’étais super contente pour lui car il semblait être mieux dans sa peau. Mais cette fille, elle, ne m’aimait pas, en me m’ayant vu que deux heures, elle a décrété qu’elle ne m’aimait pas et il s’est totalement détaché de moi.

Comme si tout ce qu’on avait vécu ne comptait plus. Comme si cette fille qu’il ne connaissait que depuis quelques semaines était devenue ses yeux sur le monde. Elle n’aimait pas sa vie d’avant. Elle ne m’aimait pas, elle n’aimait pas non plus son ex qui est pourtant la fille la plus adorable et intelligente que je connaisse! Plus de nouvelles du tout en semaine, c’était à peine s’il m’adressait encore la parole.

Ensuite sa brève relation avec cette fille s’est dégradée, il faut avouer qu’il était très sombre intérieurement et elle l’a quitté quelques semaines seulement après. En essayant de se confier un peu, il est revenu un peu vers moi et je lui ai reproché de  me prendre pour un  » bouche trou ».

J’avais eu besoin de lui et il n’était pas là, il ne comprenait pas mon coup de colère. Celui de passer à partager nos vies quasiment sur un régime de 24/24 et passer à  » rien ». Je devais juste fermer ma gueule et accepter. Bien sur que cela m’a fait de la peine et depuis ce moment là on s’est détachés l’un de l’autre.

Je me suis rendue compte qu’il ne tenait pas à moi réellement et qu’il avait remplacé une amitié intense et totalement sincère de trois ans pour une fille de quelques semaines. Je ne lui demandais pas la lune, juste pouvoir par exemple, une fois par mois se voir, se raconter nos trucs, rire et boire un coup. Etre amis quoi… Je me suis rendue compte que cette personne en qui j’avais placé beaucoup de mon temps n’était pas celle que je pensais qu’elle était. Cette personne m’a uniquement utilisée lorsqu’elle se sentais seule et incomprise, et je n’ai rien vu venir…Elle avait été la personne vers qui je me dirigeais sans cesse alors que je n’en avais peut-être au final pas réellement besoin.  Je pense que j’ai aimé le fait d’être appréciée pour ce que je suis vraiment, avec mes mauvais côtés. J’ai aimé le fait de voir que je comptais pour quelqu’un, mais ce n’était qu’un leurre.

Au fil des mois on s’est revus une seule fois, on s’est dit tout ce que l’on avait sur le coeur. On a pleuré ensemble et on s’est dit qu’on se pardonnait car au final on s’appréciaient. Depuis on se n’est revus qu’une seule fois en un an, pour un souci  informatique pour lequel il voulait voir mon compagnon. Il n’est même pas venu pour me voir moi.

Je me suis sentie totalement dévastée lorsqu’il a quitté la maison. Je me suis rendue compte que j’étais vraiment le cadet de ses soucis. J’ai décidé de totalement lâcher prise. C’est à ce moment là que j’ai commencé à me relever. Me relever de tout. Parce que pendant la période qu’a duré notre amitié, je ne me suis jamais sentie remontée vers le haut. Je pense, avec le recul, que je suis restée coincée avec lui dans son mal être.

Que je ne me suis pas donnée la permission de me sentir heureuse tant que lui ne l’était pas.  J’ai appris à devenir plus forte. J’ai appris à apprécier le fait qu’on me dise que je semblais moins triste et plus pétillante. On me disait que c’était chouette que je sois plus disponible pour les autres.

J’ai appris à ne plus me tourner vers quelqu’un lorsque je me sentais un peu triste. J’ai appris à respirer, lâcher prise sur les émotions, faire autre chose pour me libérer l’esprit.

J’ai appris à me libérer, à faire face sans me cacher derrière lui. J’ai décidé d’apprendre à me mettre au défi de ne plus jamais être dépendante à ce point d’une personne, car lorsque celle-ci s’en va, on souffre trop.

 Et aujourd’hui, je peux dire que j’ai enterré cette pseudo amitié/relation qui était plus toxique que bienveillante. Je l’ai viré de ma vie de toutes les façon possible, celle-ci étant l’enterrement public  et définitif. J’avais besoin d’en parler, de l’écrire pour me libérer des derniers vestiges.

J’ai aussi découvert des personnes chouettes avec qui je peut aller boire un verre, aller au ciné et partager de chouettes moments. Sans me relier de cette façon intense et toxique. J’ai appris que je n’ai pas nécessairement besoin que l’on m’aime, ou pas. J’ai juste besoin de savoir que je fais de mon mieux dans la vie, et c’est devenu suffisant.  Je ne veux plus être dépendante de qui que ce soit pour me sentir exister.

Depuis que je n’ai plus cette relation avec cette personne, je n’ai vu que des choses positives arriver vers moi. Aujourd’hui je suis heureuse de dire que je n’ai que des personnes positives dans ma vie. Qui me tirent vers le haut et qui m’apprécient telle que je suis. Etre moi est suffisant. Je me suis reconnectée au monde.

Aujourd’hui je suis heureuse de faire ce que je fais, avec qui je le fais. Je ne pense plus à cette personne. J’ai perdu mon meilleur ami et il ne me manque pas. Mais je pense que quelques fois je penserai encore à lui. Car au final, la seule chose positive dans cette histoire, c’est que j’ai appris à être indépendante, j’ai appris à vivre sans vivre au travers des yeux d’une autre personne. Je ne suis plus le miroir de quelqu’un, je suis moi, imparfaite mais une personne à part entière.

Je ne ressens aucun regret sur ce qu’il s’est passé car la vie m’a apporté cette expérience pour que j’en tire quelque chose de positif, je ne lui en veut pas et je lui pardonne de ne plus avoir eu envie de m’aimer comme je suis et de m’avoir blessée. Et je lui souhaite tout le meilleur dans ce  monde. Aujourd’hui il n’a plus aucune emprise sur moi ou ma vie.

J’apprend à ne plus vivre dans le passé, mais à me projeter dans l’avenir. Avec des leçons de vie comme celle-ci par exemple.
Chaque chose qui arrive dans notre vie, n’arrive pas par hasard. Je remercie donc la vie de m’avoir délivrée d’une relation pour m’apprendre à vivre en tant que MOI. A vivre, entourée de personnes qui me tirent vers le haut…

Je n’ai plus de meilleur ami, j’ai des amis que j’aime et qui m’apprécient en retour, aucun ami n’est meilleur que l’autre ou a plus d’importance. Ils sont peu nombreux et ce sont des personnes géniales, avec des défauts et c’est pour ça que je les aime!

Lâcher prise sur une relation m’a rendue plus forte, indépendante et surtout, heureuse…

Partager:

1 Commentaire

  1. Uneseitaniste
    16 mai 2017 / 18 h 33 min

    Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis… J’ai rencontré une amie pendant une période où j’étais mal et qui était formidable, mais qui a fini par me tirer vers le bas. Il fallait que je sois toujours là pour elle, si c’était pas possible elle me renvoyait beaucoup de négatif et de la culpabilisation… J’ai fini par totalement couper les ponts en lui disant que notre amitié était trop fusionnelle et que je n’en voulais plus. Je savais que ça allait la faire énormément souffrir, et j’étais au plus mal au début. Elle a essayé de me faire à nouveau culpabiliser en me racontant toutes les souffrances qu’elle avait enduré depuis que je j’avais coupé les ponts. A partir de ce moment là j’étais sûre que j’avais fait le bon choix, et je me suis sentie libérée. J’ai appris que je pouvais me tromper, que tout n’était pas fragile et que j’avais le droit de me détacher des personnes qui ne me convenaient pas.
    Depuis je suis bien plus actrice de ma vie, j’ai osé plein de nouvelles choses, et j’ai une vie qui, à l’heure actuelle, me convient très bien 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *