Accueil » Les signes de l’éveil spirituel

Les signes de l’éveil spirituel

L’éveil spirituel est une thématique fascinante, sur laquelle je pourrais écrire des dizaines de contenus. C’est donc ce qu’il se passera au cours des prochaines semaines.

Lors d’un premier article que vous trouverez ICI, je vous ai parlé de ma définition de l’éveil spirituel. De façon assez brève.

Je résumerais cependant que l’éveil spirituel est un chemin vers un nouveau monde, ou plutôt la perception que l’on peut avoir du monde.
Une perception qui du jour au lendemain est balayée d’un coup de vent.
Le monde nous semble totalement différent, tout nous semble étrange et à la fois commun. Il nous faut tout redécouvrir avec notre nouvelle perception.

Aujourd’hui, je vous propose de découvrir les signes de l’éveil spirituel, de façon plus détaillée. Il va de soi que je parle de mon expérience et que chaque éveil se déroule de façon différente pour toute personne, même si des événements, signes, symptômes restent communs.

Reconnaître les signes de l’éveil spirituel permet de mieux comprendre, d’avancer de façon plus sereine, malgré le fait que le voyage ne soit pas toujours apaisé, fluide, mais il reste merveilleux! – après la nuit noire de l’âme, je parlerai des stades de l’éveil par la suite!

Découvrons-les ci-dessous:

Nous changeons soudainement notre style de vie: notre système de valeurs change

Toutes les choses qui nous semblaient acceptées/acceptables et normales au quotidien nous semblent inacceptables.

Nous nous dirigeons naturellement vers des choix plus éthiques, responsables, empathiques et altruistes.
Ces choix sont inclusifs, nous les appliquons à tous les domaines de la vie et à tous les individus, sans discrimination d’âge, de sexe ou d’appartenance sociale ou religieuse.

Nous arrêtons également de déterminer nos choix et actions selon la notion de bien et mal qui nous a été inculquée par l’éducation, elle-même connectée à un système sociétal dans lequel évoluaient nos parents.
Nous naviguons dorénavant avec une certitude qui n’est pas celle qui nous a été inculquée- qui transcende l’approche éducationnelle et culturelle. C’est inné, ressenti profondément dans notre coeur.

La justice nous semble alors toute autre dans notre âme et notre coeur et nous sommes capables d’aller contre les principes moraux de la société et sacrifier notre individualité pour aider autrui.

Soudainement nous culpabilisons de générer autant de déchets alors que la Planète est mise à mal, nous ne tolérons plus d’utiliser des produits testés sur les animaux alors qu’hier encore le dernier fond de teint à la mode nous rendait dingue de joie à l’idée de le recevoir.

Nous devenons vegan.e, ne tolérant plus que des animaux soient tués pour notre plaisir gustatif. Ou végétarien.ne

Nous arrêtons d’acheter des vêtements tous les mois et vous découvrez Vinted et les boutiques de vêtements de deuxième main super cool.

Au lieu de vivre pour la tendance, la consommation, nous nous tournons vers des alternatives plus éthiques, durables.

J’ai nommé cette période « la purge », ce besoin de revenir à quelque chose de plus simple, pur, essentiel.
Trier, ranger, donner. Le minimalisme s’invite, le mental s’apaise, l’harmonie revient.

Nous faisons face à des symptômes physiques changeants

Nous devenons plus sensibles aux changements de luminosité, aux bruits, nous développons une aversion pour les goûts des aliments industriels.

Notre schéma de sommeil se modifie, nous nous réveillons la nuit à des heures spécifiques, lorsque nous dormons nous rêvons beaucoup plus et nous nous rappelons de nos rêves à notre réveil. Nous ressentons plus de fatigue et le besoin de dormir en journée.

Nos oreilles bourdonnent ou sifflent beaucoup plus souvent, comme si elles s’ajustaient à une nouvelle fréquence.

Nous changeons nos habitudes alimentaires, en premier lieu nous ressentons un besoin d’aliments totalement étranges et inhabituels. Ensuite nous cherchons de la nourriture simple, saine, naturelle et bienveillante.
La faim passe au deuxième plan.

Nous faisons face à des soucis de santé importants qui viennent mettre le doigt sur des blessures originelles profondes. Dans mon cas l’ endométriose profonde -reliée à la gestion de ma relation avec ma mère et en tant que mère. Et la névralgie pudendale reliée à la culpabilité ( d’être en vie, d’avoir gâché la vie de ma mère-selon elle).

Nos cercles sociaux changent

Avec le changement de vie soudain que nous entamons, nos cercles sociaux changent également. Nos amis, connaissances se demandent ce qu’il nous arrive, et de notre côté nous ne nous sentons plus connectés et liés à eux de la même façon.

Les conversations que nous avions nous semblent dénuées de profondeur, de sens, tout nous semble superficiel. Nous avons l’impression que les autres sont trop dans le jugement, pas si bienveillants que nous le pensions, trop dans la peur, voir hostiles.
Il y a certainement également une connexion entre les relations notre relation à la sécurité. Lorsque nous ne nous sentons pas en sécurité, nos interactions sociale sont souvent centrées sur nos personnes. Nous ressentons ce besoin de sans cesse être intégrés, de faire bonne impression, dire les bonnes choses. On revêt un masque social qui n’est pas notre nous profond, cela fatigue car nous sentons que nous sommes en train de nous sur-adapter.

Ces personnes s’éloignent et nous nous éloignons.
J’ai beaucoup entendu: tu as trop changé, tu te prends de haut depuis que tu te focalises sur  » toi », je ne te comprend plus.

Une période plus ou moins longue de questions, de doute, de solitude s’enclenche. Nous nous sentons et retrouvons socialement « seuls ».

Et petit à petit, nous ne ressentons plus le besoin de créer et porter un masque social, être nous semble juste, que ce soit apprécié, accepté ou pas
C’est la période What The Fuck, peu m’importe.
Nous arrêtons de nous focaliser sur nous pour porter notre attention sur l’autre, qui vibre comme nous.

Au plus vite nous réalisons que notre vision du monde change, au plus vite nous nous adaptons, au plus vite d’autres personnes qui vibrent comme nous débarquent dans nos vies  » comme par magie, » « au hasard d’une activité ».

Nous avons l’impression de vivre  » la vie de quelqu’un d’autre »


Nous nous réveillons un matin avec la sensation étrange de vivre la vie d’une autre personne, tout en percevant une sensation de commun.
Tout ce que nous avons construit, crû nous semble faux.

Nous avons l’impression de ne plus être nous-même: comme si d’un seul coup nous avions la sensation de devenir quelqu’un d’autre, de totalement différent.e.

Tout ce que nous faisions auparavant, ce que nous vivions et apprécions avant nous semble insipide et ne nous apporte plus le même plaisir.

Nous avons l’impression de vivre dans un mensonge

Lorsque nous sommes dans notre première phase d’éveil, nos croyances inculquées depuis la naissance nous semblent être totalement « étranges », cette impression de vivre dans un mensonge.

Lorsque j’y pense, en rédigeant cet article, je me rend compte que j’ai déjà vécu une mini période d’éveil aux alentours de mes 20 ans.
A ce moment j’ai eu l’impression de vivre dans une masse de robots gris, automatisés.

Nous commençons à remettre en question notre système de valeurs, nos croyances et nous rendons compte que nous nous sommes laissés « programmés », nous nous sentons emprisonnés.

Nous avons envie de changer de travail

Un jour, nous nous rendons sur notre lieu de travail et nous nous prenons une claque magistrale en pleine face: nous nous sentons emprisonné.es dans ce job, l’impression de ne pas faire  » ce que nous sommes censés faire– c’est la mission de vie qui pointe son petit bout de nez de façon subtile et qui vous appelle- vous avez cette soudaine envie de tout claquer et nous enfuir.

C’est assez perturbant car à ce moment, nous sommes encore dans un état d’esprit de questionnement, à ce stade nous ne sommes pas encore conscients que nous avons entamé un parcours d’éveil. Nous pensons que nous passons par une phase de remise en question existentielle, qui a tendance à inquiéter nos proches d’ailleurs.

Notre perception du temps est altérée


Lorsque l’on s’éveille, notre perception au temps s’en trouve altérée. Nous pensons moins au passé et au futur, le moment présent passe au premier plan.

Nous passons moins de temps à « ressasser le passé » et moins de temps à « avoir peur du futur », nous nous focalisons beaucoup plus sur ce qui nous entoure au moment présent, aux sensations du « ici et maintenant ».

Nous avons la sensation que le temps s’est altéré, il peut arriver que nous ayons la sensation  » que le temps s’arrête » régulièrement. Comme si le passé, le présent et le futur se réunissaient un bref instant.
N’oublions pas que le passé et le futur sont des concepts créés par notre esprit.

Nous nous questionnons plus profondément

Nous commençons à nous poser des questions plus profondes qu’à l’habitude.
Qui suis-je réellement? Quel est le sens de la vie? Pourquoi suis-je sur Terre? Ais-je une mission de vie? Quelle est ma mission de vie?
Pourquoi les gens souffrent’il tous tellement autour de moi?
Est-ce que Dieu existe? Est’il chrétien, musulman ou une énergie globale?
Où va mon âme après ma mort physique? Le paradis est’il un endroit ou un état d’esprit?

Nous avons besoin d’apprendre, de comprendre

Lorsque nous nous éveillons, nous sommes pris d’un besoin irrépressible d’apprendre et de comprendre une série inimaginable de choses.
Au début de ma première phase d’éveil, j’ai été prise d’un besoin de dévorer l’information: l’humain, le développement personnel, la spiritualité, la psychologie, la philosophie, les mystères du monde, les civilisations anciennes.

Mais toutes ces informations que j’ai accumulées pendant 3 ans, à un moment, sont devenues un réel obstacle et j’ai cessé d’avancer.
Parce que je perdais le moment présent et que je ne savais pas encore quoi faire avec cette masse de choses.
J’ai donc décidé de voir un coach pour m’aider à avancer, à mettre en pratique tout ce que j’avais pu apprendre.
Ensuite, tout a commencé à faire sens, à se dérouler comme un tapis de fleurs.

Si je peux me permettre, lisez, écoutez, mais n’oubliez pas de mettre en pratique chaque jour ce que vous avez appris, intégré.

Le monde nous semble chaotique et à la fois merveilleux

Lorsque nous nous éveillons, nous vivons deux phases de perception au monde. Le chaos, ensuite la paix.

Soudainement, nous nous rendons compte que le monde est un endroit de chaos: nous percevons de façon abrupte la violence des mots, la violence du quotidien, la violence des médias, nous percevons les injustices de plein fouet, nous ouvrons les yeux. Cela peut être une période de choc assez intense à gérer.

Au fur et à mesure que nous vivons l’éveil, notre vision change et nous nous rapprochons de plus en plus de l’amour, en n’écoutant plus l’appel de la peur et de la haine.

Nous pouvons nous émerveiller pour une jolie lumière traversant les branches d’un arbre au détour du parc, trouver merveilleuse une abeille que l’on voit se poser près de nous, voir la beauté en chacune des personnes que nous croisons, trouver merveilleux le regard d’une amie. Ou une âme soeur que l’on a posé sur notre route.

Nous sommes dans la synchronicité

Nous devenons de plus en plus conscient.e.s des signes que la vie nous envoie pour nous éveiller et interagir avec nous.

Nous devenons de plus en plus réceptifs. Les sensations de déjà vu augmentent, les synchronicités sont beaucoup plus fréquentes, vous voyez de plus en plus les heures miroir sans les chercher ( 11h11, 22h22 etc).

Vous pensez à une chose et elle se produit, vous pensez à une personne et vous la croisez la minute suivante ou elle vous appelle ou vous envoie un texto.

Vous conduisez et la plaque d’immatriculation du véhicule devant vous correspond aux lettres d’un sujet auquel vous pensiez ou étiez en train de discuter avec le passager/conducteur.

Vous pensez à quelque chose et la chanson qui s’enchaîne répond à votre question.
Vous vous baladez dans un parc, un ami vous dit que vous êtes sa petite lumière, vous penchez la tête et un panneau mentionnant le mot lumière est présent, la lumière du soleil se reflète quelques instants plus tard dans les branches d’un arbre majestueux.

Des signes graphiques apparaissent devant vos yeux par périodes, vous forçant à vous renseigner à leur sujet. – par exemple depuis quelques semaine je vois le signe de l’ouroboros partout où je me rend ( le sigle de la carte de visite du neuropsy que je consulte, le logo d’une société me demandant un partenariat avec mon autre blog, le logo de la marque d’un de mes compléments alimentaires, vu en rêve etc- alors que je ne l’avais jamais croisé auparavant).

Je trouve la synchronicité merveilleuse, elle arrive toujours à me couper le souffle. Jung était émerveillé lui aussi, il a peaufiné au fur et à mesure des années un concept autour de cette thématique, j’en parlerai peut-être un jour 🙂

Crédit Mark Elsdon

Nous devenons moins rigides

Alors qu’auparavant nous étions plutôt dans des concepts d’opposition, la perception change radicalement.
Alors que nous jurions que tout est soit noir, soit blanc, nous percevons les choses de façon plus flexible. Les choses peuvent être grises- gris clair, gris souris, gris bleuté.
L’homme ne s’oppose plus à la femme: nous percevons que tout un chacun possède sa part de masculin et de féminin.
Vous voyez le concept?

Notre monde intérieur s’enrichit

Au sein de la majorité des personnes qui débutent un éveil, l’ego se focalise sur le monde extérieur pour nous occuper à nous focaliser sur du parasite: le travail, l’argent, les objectifs, la famille, les amis et la vie sociale. Lorsque l’éveil prend forme et avance, nous nous focalisons moins sur l’extérieur et toutes ces choses et nous passons plus de temps à ressentir les émotions, à rêver et imaginer.
Il s’agit de l’affinement de la frontière entre le monde physique et le monde subtil.

A ce moment nous entrons dans une phase de paix intérieure, de calme, d’apaisement profond.

Nous ne ressentons plus le besoin d’appartenir pour être

Lorsque nous ne sommes pas encore éveillés, nous ressentons ce besoin presque vital d’appartenir à un groupe, de pouvoir s’identifier à une étiquette. Sans laquelle nous nous sentons seuls et perdus.

Nous nous identifions par l’appartenance à une religion, une classe sociale, par notre ethnicité, nationalité, choix politique, diplômes ou statut professionnel.

Lorsque nous nous éveillons, tout ceci a tendance à s’effacer au fur et à mesure. Ce besoin d’appartenir, de s’identifier n’est plus une nécessité pour être.

Je choque souvent lorsque je dis que je ne me sens pas  » belge » ou fière d’être née dans ce pays, je ne me sens pas attirée par le titre de « CEO de ma société » mais plutôt par la mission que je donne à ma mission de vie.
Je ne me sens pas religieuse mais je crois  » à la source ».
Je ne ressens plus le besoin d’être acceptée dans les groupes dans lesquels j’évolue. Je me sens libre, heureuse et plus du tout  » seule ».
Quelques fois je me range encore dans mon étiquette d’hypersensible mais cela me semble de moins en moins vital de le mentionner. J’arrive à être.

Cependant je respecte les personnes qui ne sont pas encore éveillées et/ou qui ressentent encore le besoin de s’étiqueter, se relier à une appartenance.
Leur tour viendra de laisser s’estomper cette notion pour juste « être »

Je réalise la même chose envers autrui, pour moi il n’y a plus de belges, d’américains, de pauvres ou de riches mais des êtres comme moi.
Je ne leur colle plus d’étiquettes et je ne place plus de frontières entre eux et moi. Je les aime, tous autant qu’ils sont.

Nous percevons une présence/énergie spirituelle globale

Lorsque nous arrivons à une phase d’éveil plus avancée, nous devenons conscients de la présence d’une présence/énergie/force spirituelle omniprésente. Une jolie présence qui imprègne les espaces et le temps.

Certaines personnes avec qui j’ai pu échanger à ce sujet l’appellent Dieu (mais non religieusement relié), ou la source, le divin, l’originel. Toutes parlent de quelque chose de pur, de bienveillant, dans l’amour inconditionnel. Ressenti plus facilement lorsqu’ils sont dans la nature.

Je fais également cette expérience, je ressens cette source de façon permanente depuis 1 an et demi, mais elle ne fait pas qu’imprégner les espace et le temps, je la ressens comme une aide à encore m’éveiller et réaliser ma mission de vie.

Nous nous sentons connectés à tout

Lorsque nous avançons dans notre chemin d’éveil, nous commençons petit à petit à nous sentir connectés à des choses qui auparavant restaient extérieures à nous.

La nature était présente mais maintenant vous vous sentez à la maison en étant dans un parc, devant un lac. A un stade d’éveil plus avancé, vous savez que nous ne faisons qu’un seul être global relié par des milliards de connexions physiques et non physiques.

Le moment où la connexion se fait réellement et totalement et où nous avons cette impression d’être « tout à la fois », de ressentir le monde, de se sentir puissant ( dans la bienveillance) et à la fois si petit.e est magique, le temps s’arrête. Un moment d’émerveillement.

Pour ma part cela s’est passé par une nuit de pleine lune, le ciel dégagé, je regardais ce ciel merveilleux et…. je me suis sentie ne faire qu’un avec le monde. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle mon blog se nomme  » Sentio Mundi » qui signifie en latin  » ressentir le monde » car ce moment a été pour moi, l’un des plus beaux, purs ressentis dans cette incarnation.

L’ego ou ‘ le soi superficiel’ se sent séparé de tout et seul. Il est dans l’individualité et fait tout pour que la personne dans laquelle il vit, continue à le percevoir et le nourrir.

Il a souvent peur pour sa sécurité et il craint la mort. Mais l’esprit originel, la source, n’a pas peur de la séparation car elle est connectée à des milliards de choses ( tant sur le plan physique que spirituel).

La source ne s’identifie pas à une nationalité, une religion, le sexe à la naissance, l’espèce. Il est, tout simplement. Il existe au delà de l’espace et du temps, la mort n’a donc pas pour lui de valeur. – C’est à ce paragraphe que mes amis d’avant, lorsque je leur ai parlé de ceci, m’ont lâchée- trop perchée, tu débloques…

Nous arrivons à juste ‘être »

J’en ai parlé un peu plus haut de façon brève. Lorsque nous sommes éveillés/réveillés, nous apprécions la solitude physique, le calme, et l’inactivité.

Même si quelques fois, nous naviguons encore, lorsqu’ éveillés entre des phases de calme et de paix et des périodes énergétiques plus puissantes qui nous replongent momentanément dans le faire et moins le être.

C’est, je pense, un des grands signes qui nous permettent de dire que nous sommes totalement éveillés: le fait d’être capable de juste « être ». C’est ce qui me permet de me dire que je suis encore en chemin.

Lorsque nous sommes encore endormis, nous ne parvenons pas à « être », nous cherchons sans cesse des activités pour ne pas devoir nous ressentir, ne pas être seuls avec notre âme. Nous naviguons dans une turbulence de pensées.

Lorsque nous sommes éveillés/réveillés ou en cours d’éveil, nous n’avons plus peur de nous plonger profondément en nous.
Etre devient naturel, sans turbulence, sans pensées envahissantes.
Nous ne sommes plus dans la recherche d’activités ou de distractions qui ne sont pas profondes.
Nous apprécions être couchés dans l’herbe à regarder le ciel et écouter l’Univers. A ressentir tout l’amour qui nous vient de notre connexion à  » tout ».

L’amour inconditionnel, toujours

Lorsque nous sommes éveillé.es nos barrières tombent comme un château de cartes sur lequel un enfant met le doigt. Et ce n’est plus douloureux.
Nous commençons à faire, à être, à donner sans espérer en retour.
Nous perdons l’intérêt pour les petits drames du quotidien, les conflits et tout ce qui engendre la haine.
Nous aimons sans devoir faire d’efforts, cela nous semble naturel et merveilleux.

Ces signes de l’éveil spirituel sont ceux que j’ai perçus et vécus, mais je suis persuadée qu’il en existe d’autres. Etant encore en chemin, je viendrai au fur et à mesure agrémenter cet article.

Et vous? Etes-vous également dans un parcours d’éveil spirituel? Ces signes vous parlent? N’ hésitez pas à m’en parler via les commentaires!

Share:

2 Comments

  1. Nathalie
    2 juillet 2020 / 22 h 53 min

    Les transformations ont débuté il y a plusieurs années. Aujourd’hui, des symptômes divers tels que: vertige parfois, chaleur que je ressens comme autour du corps, je sais quelques minutes à l’avance ce qui va se passer pour moi comme pour une autre personne, je me tiens à distance des personnes que je fréquentais qui ne me conviennent plus, le taux vibratoire n’est plus du tout pareil, la superficialité et tout ce qui est négatif, violence etc… me font fuir. Prises de conscience, lâcher prise, des synchronicités, je pense à quelque chose et ça se passe peu de temps après. Besoin énorme d’être en contact avec la nature et communication avec les animaux. Je me sens de plus en plus connectés à la Source de tout. Je me sens coupable de ne plus être en adéquation avec l’entourage mais en même temps, je me sens redevenir moi-même, libérée et de nouvelles personnes beaucoup plus en affinité avec moi arrivent dans ma vie soudainement. Merci de m’avoir pris le temps de me lire. Que le meilleur de la vie vous accompagne en tout lieu et en tout temps.

  2. Nya
    12 juillet 2020 / 1 h 04 min

    Je ne suis pas ma seul..
    Le monde est petit j’ai tant a dire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *