Accueil » Severn Cullis: son combat pour la planète

Severn Cullis: son combat pour la planète

Je ne sais pas comment cela se passe auprès d’autres hypersensibles, car je n’ai pas encore eu l’occasion de discuter de ce sujet sur les groupes dans lesquels j’évolue en ce moment, mais depuis toujours je me sens connectée au monde. En règle générale: je ressens le monde. D’où le choix du nom de domaine  de ce blog d’ailleurs!

La nature fait partie de moi et je fais partie de la nature. L’un ne va pas sans l’autre, je ne sais pas vraiment comment l’ exprimer autrement.

 Je l’aime, j’ai envie de la protéger, je me sens bien lorsque je la ressens en forêt et je souffre avec elle lorsqu’on la détruit de partout…J’ai toujours ressenti ce lien intense. Bien qu’il soit comme un élastique qui se tend et se relâche selon les moments de ma vie. Au plus je me trouve en contact avec la nature, au mieux je me sens. Comme si c’était  » ma place ». Je sais que je ne pourrais pas vivre dans un monde de bétons.  J’ai lu un excellent livre sur la psycho-écologie : The Voice of the Earth. Je vous le conseille si vous êtes comme moi ultra-connectée au monde.

C’est dans ce contexte que j’ai envie de vous écrire sur une jeune femme remarquable.  En 1992, alors qu’elle n’a que 12 ans, Severn Cullis intervient en prononçant un discours lors du premier  Sommet de la Terre organisé par les Nations unies. Cette adolescente était déjà consciente de la dure réalité de la situation de notre terre nourricière. Elle désirait interpeller les adultes ayant perdu l’essence même de leur relation avec la Terre sur leurs responsabilités et leur devoir de stopper les dégâts.

Aujourd’hui, plus de 20 ans après son intervention choc, il est malheureux de constater que l’être humain en quête de pouvoir n’a pas écouté un message tellement vrai, sincère et logique. Continuant de dévaster tout sur son passage, oubliant qu’un jour il devra vivre sur des terres meurtries et stériles. Sans de douter que tout système vivant se sépare de ses prédateurs les plus dévastateurs….

Aujourd’hui, Severn Cullis est devenue maman et garde toujours l’espoir que l’être humain trouve des solutions globales pour garder notre habitat en vie le plus longtemps possible. Je suis comme elle, en tant que personne du peuple et sans réel pouvoir, je ne peux que me contenter d’agir de la façon que je considère la plus juste. Mais je ne reste pas pour autant passive et je ne me sens pas impuissante. Car je sais que sur Terre il existe des milliers de personnes qui ont le même objectif de protection que moi, à diverses échelles et divers domaine. Je me suis attaquée au domaine de la beauté car il génère des millions de tonnes de déchets dangereux chaque année, de la pollution intense.

Les femmes étant plus nombreuses que les hommes, j’ai décidé de m’attaquer à l’éveil des consciences auprès de ces personnes importantes. J’espère qu’un jour les gouvernements mondiaux se rendront compte qu’ils ne font pas assez d’efforts et qu’au lieu de penser au fric et à la guerre ils dépenseront leurs milliards dans une cause essentielle: la sauvegarde de notre planète et de notre espèce.

En attendant je vous invite à visionner le discours de cette jeune femme que j’admire pour son implication et sa lucidité:

J’espère que le message qu’elle désirait faire passer vous percutera comme il m’a percuté. J’espère que son message, ainsi que le message de milliers de personnes qui comme elles se battent pour le même objectif vous éveillera. J’espère que la personne bienveillante au fond de vous décidera de changer ses attitudes de consommation. Il ne vous est pas demandé de changer drastiquement mais de vous adapter à ce monde qui change et qui se meurt. Pensez aux générations futures, à vos enfants, petits-enfants. Dites-vous qu’en chacun d’entre nous sommeille un super-héros qui lié à des millions d’autres fera la différence…Arrêtons d’être des prédateurs dévastateurs, agissons comme une seule entité bienveillante envers un monde qui nous a pris en charge, nous nourri, nous rend heureux, nous donne la possibilité d’être  » en vie »…

Réduisez votre impact environnemental négatif par de petites gestes facilement adaptables au quotidien, je vous en supplie…

Je vous demande de ne plus être passifs et de partager ce message d’espoir. Car malgré le fait que je ressente la douleur de ce monde, j’ai encore beaucoup d’espoir en stock. Je crois en chacun d’entre vous et je suis convaincue qu’on réussira à perdurer en respectant simplement ce qui nous nourri….Aimez ce qui vous porte, agissez…

Partager:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *