Accueil » Relations et hypersensibilité

Relations et hypersensibilité

Relations et hypersensibilité sont étroitement liés mais je vous avoue que ce n’est pas un binôme facile à gérer au quotidien…De fait, je suis hypersensible, je le suis depuis que je suis en vie je pense. Depuis aussi longtemps que je m’en souvienne…

D’où le fait que j’aie décidé, il y a quelques temps de vous en parler sur le blog. Car les hypersensibles sont nombreux et nous nous sentons différents et incompris.

Aujourd’hui je ressens ce besoin de vous parler de l’hypersensibilité et relations, car c’est un sujet vaste qui nous touche très fortement…

Qu-es-ce que tu as encore? Tu ne devrais pas réagir comme cela… Ce sont deux phrases que j’ entend sans cesse à la maison. Malgré le fait que j’aie déjà expliqué ce que je ressens, certaines personnes de mon entourage ne semblent pas comprendre à quel point certaines situations peuvent me toucher, me bouleverser en me faisant réagir fortement: à moi les crises de peur panique, les crises de pleurs régulières et les démarrages au quart de tour…les nausées et les insomnies…Etre en couple avec une personne moins sensible est compliqué car je ne me sens pas comprise ni prise au sérieux et pour l’autre qui n’est pas sensible, mes réactions semblent disproportionnées et cela a tendance à générer de la pression supplémentaire dans le couple.

Hypersensibilité et relations sociales, amicales et amoureuses

Comment l’ hypersensible que je suis ressent…

L’intuition: la subtilité et le détail font partie de ma vie et on me dit très intuitive. Surtout en ce qui concerne les changements d’humeur des autres, de mon compagnon par exemple. Pour moi il y a une grande différence de sens lorsqu’il change de ton, lorsque je le sens nerveux ou irrité ou encore fatigué. Je peux totalement me fermer et devenir agressive s’il me fait une remarque plus ferme. Comme par exemple dans la voiture lorsqu’un combo mauvais gps et mauvais co-pilote intervient il peut facilement s’énerver.

Et je peux dans ces cas là me sentir directement impuissante et acculée car je n’ai pas la possibilité immédiate de stopper la voiture pour me poser et me mettre hors de situation. C’est con mais ce sont des détails qui font que ma relation avec mon compagnon ne soit pas toujours facile à gérer. Une remarque de sa part que je perçois comme étant agressive ou non fondée car il a changé d’intonation peut me faire passer d’un état souriant à un état d’énervement ou de tristesse intense.

J’aime profondément et intensément: mon moteur ce sont les émotions, ce sont elles qui dominent ma vie. Et lorsque j’aime, j’aime intensément la personne, je l’aime au delà de ce qu’une personne moins sensible peut imaginer. Cela se passe de la même façon avec la colère, la tristesse, la peur, le bonheur, la curiosité. Je pense toujours à quelque chose parce que cela a engendré une émotion chez moi, sinon je m’y intéresse pas.

Aimer est déjà en soi extrêmement difficile car je me remet sans cesse en question, je manque cruellement de confiance en moi et souvent je me demande pourquoi on m’aime ou pas. J’ai peur de ne pas être à la hauteur des espérances des autres et surtout de mon compagnon, peur que l’on ne m’aime pas. Aimer me fait peur, très peur je l’avoue et cela engendre des blocages chez moi d’ordre physique: peur de la proximité et de l’intimité  car peur de ne pas être capable de gérer les émotions qui feront suite à cela.  Je pose de grandes barrières, me donnant un air qu’on qualifie d’hautain en règle générale. Je ne suis pas la copine proche et démonstratrice, je suis distante parce que je suis tétanisée.

Je tente par tous les moyens de fuir les conflits ou de les stopper en plein vol: les conflits sont des situations que je déteste par dessus tout. Je ressens la négativité à plein nez et cela me met hors de moi en une fraction de seconde. Je deviens tornade et je fuis…En ce moment à la maison c’est difficile car mon adolescent de 14 ans a pris le créneau du manque de respect et de l’insolence pour nous montrer qu’il grandit et veut devenir un homme. J’ai  à la maison un petit coq qui tente par tous les moyens de montrer au grand coq qu’il l’est aussi ( qu’il pense) et cela engendre des tensions et des conflits car il est normal que le père cadre et se fasse respecter.

Ce sont des moments difficiles pour moi car je ressens cette lutte permanente et j’en viens à leur en vouloir tous les deux: l’un pour avoir manqué de respect et l’autre pour l’ avoir recadré de façon trop brusque ou avec des mots qui m’ont blessée pour l’ado rebelle et j’en arrive à en pleurer, devoir m’isoler ou devenir moi-même agressive en leur demandant de stopper leur manège de qui sera le plus fort.

Les tensions entre amis sont aussi de situations que je hais par dessus toi: me trouvant dans un chassé croisé de conflit entre potes. Je prend mes jambes à mon cou et je m’enfuis loin. Ce qui fait que l’on me reproche souvent de ne pas prendre parti: et bien non débrouillez-vous seuls! Je ne suis absolument pas capable de vous gérer en plus de cette incessante bataille que je me livre à moi-même en permanence! Tout ce que je peux vous proposer est de vous poser et de réfléchir à ce qui vous a réellement mis en rogne pour solutionner le souci mais sans prendre parti: jamais.

J’ai besoin que l’on valide ce que je ressens: je suis hypersensible et ce que je ressens, je le ressens de façon intense. Cela me fatigue et me dépasse. Prendre la fuite ou m’isoler, ou pleurer, ou encore me terrer dans ma chambre lorsque je me sens dépassée par quelque chose font partie de mes mécanismes de défense qui sont presque toujours interprétés comme de la faiblesse. Je ne suis pas faible parce que je pleure, je ne suis pas une feignasse parce que je suis pas parfaite en tant que femme de ménage, je suis simplement submergée par les émotions qui m’épuisent et qui me poussent à libérer la pression en pleurant ou en m’isolant pour me reposer et fuir les stimulations émotionnelles. J’ai réellement besoin qu’on le comprenne car j’en ai ras la casquette que l’on ne comprenne pas ce que je ressens!

Je m’ennuie vite lorsque je vis une relation: quelle soit amoureuse ou amicale ou professionnelle, je ressens ce besoin de vivre cette relation qui se présente à fond. Lorsque je me lie réellement d’amitié avec une personne ( ce qui est rare car il est difficile de lâcher prise et faire confiance) j’aime cette personne telle qu’elle est et il m’arrive de vite m’ennuyer parce qu’en retour la personne vit la relation de façon  moins intense ou parce qu’avec le temps la passion se tasse.  Ne prenez donc pas mes manques de présence passagères comme de l’irrespect ou du manque de proximité ou du désintérêt. J’ai besoin que mes relations soient intenses pour bien les vivre, cela fait peur certes je le conçois.

 Je suis émotionnellement très réactive aux émotions: lorsque je ressens je le ressens fortement je n’arrête pas de le dire. Cela vaut pour toutes les émotions. Je pleure donc souvent et je prend souvent la fuite, je réagis fortement à certaines remarques ou situations et cela m’attriste lorsque l’on ne comprend pas mes réactions et que l’on me juge. Je ne peux pas faire autrement que de dire ce que je ressens. J’aimerais que certaines personnes apprécient ma franchise.

Les rendez-vous, sorties sociales ou autres nécessitent des petites périodes de pause: la sortie idéale est une sortie entre amis par exemple mais qui me donne la possibilité à un moment de me poser loin du bruit et de la stimulation. Les concerts, les virées shoppings dans de grands centres commerciaux et les marchés ne sont pas mes sorties de prédilection. Pareil pour certaines séances ciné: je préfère y aller seule ou en petit comité car je dais que je risque de me sentir bouleversée et pleurer à plein tube en public. Je préfère nettement la compagnie de la personne avec qui je suis que la sortie en elle-même. Je dois pouvoir me poser et ne pas être stimulée en permanence pendant l’activité. Cela fait fuir certains de mes amis qui n’aiment pas ou qui ne comprennent pas que je prenne quelques fois de la distance ou que je reste quelques fois muette pendant quelques minutes.

Prendre soin des autres: il est important pour mon épanouissement de sentir les gens heureux autour de moi. Je ne supporte pas de voir les personnes que j’aime malheureuses, tristes ou malades. Je suis attentive à leurs émotions pour ensuite tenter de les aider à se sentir mieux alors que je ne prend pas soin de moi en règle générale.

La culpabilité et la remise en question: la culpabilité et la remise en question sont notre quotidien. Je me sens coupable d’être différente, je me sens coupable de ressentir la vie de façon intense, je me sens coupable de ne pas être dans la normalité car la normalité facilite la vie. Je me remet sans cesse en question car je pense sans cesse que je ne suis pas à la hauteur ou que je ne suis pas comme je devrais être. Ce n’est pas évident pour l’autre de vivre cela en permanence: on ne supporte pas de me voir me rabaisser, m’entendre dire que je me sens grosse et moche et pas compétente, pas utile.

Ne pas aimer prendre de décisions: je n’aime pas prendre de grandes décisions car j’ai peur que mes choix ne soient pas les bons. Que ce soit un simple choix de repas, d’une école, ou toute décision plus importante. Je pèse sans cesse le pour et le contre, les possibles éventualités de chaque prise de décision avant de me jeter à l’eau. Ce qui me bloque, m’empêche d’avancer. Je délègue beaucoup de prises de décision à mon compagnon.

Après ces quelques points abordés de l’intérieur, j’espère que si vous connaissez une personne hypersensible, vous comprendrez ce que nous ressentons intérieurement et que vous ferez un effort pour ne plus nous juger pour nos larmes, notre difficulté à accorder notre confiance, comprendre nos périodes d’isolation et nos réactions quelques fois excessives. Etre en relation avec un ou une hypersensible cela demande de l’ investissement des deux côtés, de la patience, de la compréhension et une bonne dose d’amour! Hypersensibilité et relations, un sujet vaste dont je parlerai encore je pense…

Relations et hypersensibilité, deux mots liés étroitement que j’apprend à manier, gérer pour m’octroyer une meilleure qualité de vie. Si j’y arrive, alors pourquoi pas vous? Essayez….

Share:

19 Comments

  1. delphine
    15 mars 2016 / 7 h 10 min

    Merci mille fois pour cet article je me sens moins seule et plus légère … Je suis hypersensible et cela nuit cruellement à mes relations au quotidien … lire ton article me fait du bien j’ai l’impression d’être comprise enfin car c’est un fardeau depuis tant d’années, ça isole .

  2. 15 mars 2016 / 12 h 06 min

    Wahou que dire de plus ^^ à part que je me retrouve à mile% dans tout ce que tu as écrit… sans est même perturbant et troublant,mais au moins je peux dire que je n’ai jamais été folle ou anormal il est rassurant de voir que si on est hypersensible on a quasi tous ces points en commun ^^!! Pour te donner plus de confiance, mon psy qualifie les hypersensible comme des enfants surdouées, on est pas des Einstein, on pas surdoué forcément dans les maths ou les test de QI, ici il est question de surdouées sur l’analyse, les émotions, l’observation, l’intuition, on est des « Lie To Me », quand on est surdouée on souffre, on est pas compris ect…. prenons le bien !!! Youpi on est des génies… enfin youpi quand on se sent youpi en nous parce que parfois c’est plutôt une malédiction …! L’idéal est de vivre entouré des bonnes personnes c’est tout <3 !
    Bisous à toi tu es un être extraordinaire, extraordinaire de t'ouvrir ainsi à nous et de partager avec autant de sincérité ton parcours et ton vécu de façon si douce, mure, réfléchit et juste.
    Je t'aime fort pour ce que tu dégage, car depuis que j'ai découvert tes écrits je sens en moi une force grandir sans cesse <3 ! Je crois que tu as ouvert quelque chose en moi qui a/va changer ma vie 🙂

  3. 23 mai 2016 / 21 h 55 min

    Merci pour ce bel article où je me suis retrouvée presque à 100% sur tous les points évoqués. C’est difficile d’être hypersensible dans la vie de tous les jours, c’est parfois un frein pour moi (notamment pour ce qui est de prendre des décisions, je panique, et je me bloque, je file me tapir sous ma couette et je ne bouge plus comme si j’espérais que la décision s’envole ailleurs…)
    Super article en tout cas! Et très bonne analyse au point par point.

  4. Naturo
    8 février 2017 / 10 h 18 min

    Bonjour,
    Très contente d’être tombée sur ce post. Je me reconnais à fond si ce n’est que j’ai malgré tout une grande force qui masque cette hypersensibilité.
    Mariée à un manipulateur depuis 10 ans, j’ai eu la force de commencer une procédure de divorce grâce à un ami hypersensible qui m’a redonné confiance aux hommes. Par contre sous cette force, les dégâts sont immenses très intenses etc. Seul le temps peut apprendre à gérer cela et prendre du recul pour se reconstruire. J’aime aussi très intensément et profondément, cela peut parfois étouffer l’autre qui n’est pas prêt à recevoir autant. Notre problème est qu’on donne toujours plus qu’on ne reçoit. C’est une chose à changer pour mieux se respecter.

    • corinne
      Auteur
      27 février 2017 / 19 h 38 min

      Bonjour Naturo, vous pouvez être fière d’avoir réussi à sortir la tête hors de l’eau 🙂 C’est bien vrai que l’on donne souvent « trop » sans en être conscients. Mais cela s’apprend, à gérer et trouver un équilibre. Au plaisir de vous revoir par ici!

  5. Valentine
    22 mai 2017 / 12 h 08 min

    Je vous remercie énormément d’avoir écrit cet article !
    Mon copain vis un enfer à cause de moi car il ne comprend pas mes émotions. J’ai toujours besoin qu’il me console. Je prends souvent à coeur tout ce qu’il me dis et parfois les situations empirent car après m’avoir vue pleurer , il me dis que je suis bizarre, « on dirait une gamine qui pleure » ou « une gogole « . Grâce à vous j’ai pu lui expliquer ce que j’ai. J’espère que cela va changer des choses car je l’aime énormément.

  6. Lili
    11 août 2017 / 13 h 11 min

    Merci pour ton billet. Long temps j’ai hésité à me qualifier hypersensible ou introvertie. Je ressens exactement tout ce que tu as décrit et à la manière que tu as décrit.
    Paradoxalement, mon mari a un énorme besoin d’isolement. Du coup, je me suis enfoncée dans la solitude et le repli sur soi. sans consolation, ni compréhension, ni la dose d’amour nécessaire pour m’aider à m’en sortir. Je viens de décider de divorcer même si l’attachement, l’amitié et le respect sont encore là. Ce n’était pas une decision facile mais je suis déterminée de sauver ma peau et préserver mon « petit coeur fragile ».
    Bonne continuation à toi et à tous les hypersensibles.

  7. elodie
    24 août 2017 / 12 h 02 min

    Je me reconnais tellement dans ce que tu évoques dans les relations de couple. Je sens les humeurs à 10 000 : un réveil de mon homme mal luné ou un changement d’humeur me met aux aguets, je deviens alors silencieuse, pour m’entendre dire un moment après que c’est moi qui suis d’humeur hyper désagréable. Ayant senti la tension c’est comme si je me mettais en condition, me préparais à un conflit, du coup quand la fameuse parole malheureuse sort (ou un ton impatient ou agacé) j’ai la sensation de prendre un tir gratuit, et que la personne en face a saisi le 1er prétexte venu pour décharger sans scrupule sa négativité… Sur moi. Ce que je trouve parfaitement injuste et surtout cousu de fil blanc puisque je « vois le manege » depuis parfois plusieurs heures.
    Depuis que je m’interroge sur l’hypersensibilité – en fait avant quelques jours je n’imaginais pas que ma manière d’être avait un nom particulier – je me dis que peut être la personne en face ne me vise pas ou ne se rend pas compte de tout ça, et qu’elle même ne prendrait pas tant à coeur le même genre de remarque. Car mes réactions dans ce genre de situation paraissent disproportionnées on ne se prive pas de me le dire (larmes ou agressivité au quart de tour) mais je prenais ces remarques pour du pur égocentrisme, ayant l’impression qu’on ne se soucie pas de mes sentiments. Alors que je me mets constamment à la place des autres pour ne pas les blesser de quelque manière que ce soit.
    Face à cette incompréhension je me sens a la fois coupable de mon excessivité, anormale et incomprise. C’est assez lourd au quotidien mais je suis en pleine prise de conscience : si la personne en face ne perçoit pas les choses de manière si évidente, elle n’a pas forcément idée de la souffrance et de la violence que je ressens. C’est rassurant quelque part. Je pense qu’il va falloir que je communique plus, et que je prenne du recul en situation de « tension ».

  8. elodie
    24 août 2017 / 17 h 45 min

    Du coup merci énormément pour avoir partagée de manière si précise tes ressentis et ta vision des choses…

  9. TGA
    12 novembre 2017 / 12 h 10 min

    Merci pour cet article, je me suis reconnue également à 100% et aussi dans le commentaire d’Elodie ! Entourons nous de personnes qui nous font et veulent du bien comme nous voulons et faisons du bien aux autres !

  10. SUBIL TAHOU
    13 décembre 2017 / 18 h 43 min

    Bonjour chers tous, Imaginez en Afrique un hypersensible, c’est justement horrible. Car j’en souffre et ceux autour de moi subissent les bienfaits comme les mauvais. Je suis exacerber par cette situation au point ou ma vie amoureuse est sur le point d’exploser, un train de vie ou la souffrance est omniprésent, chaque jour pour moi est un combat. Imaginez ce coin de la terre ou l’hypersensibilité est peu connue ou je ne dirais-je pas du tout. J’ai 30 ans cette année et l’avenir pour moi me fait de plus en plus peur. J’ai commencé à me poser des questions, pourquoi suis-je ainsi, pourquoi toutes ces émotions et énergies qui me submergent au point où je me perds et fais de l’autosacrifice. Et là j’ai découvert qui j’étais réellement, hypersensible je suis. En Afrique un hypersensible, est vu comme « Le malchanceux, Le fainéant pour certains et Le Génie surdoué pour d’autres qui prête plus attention. Actuellement je traverse une situation les plus difficiles et je ne sais plus ou en mettre la tête. Merci pour l’article Corinne. Au plaisir.
    Un hypersensible depuis Abidjan – CIV.

  11. Idaho
    21 février 2018 / 17 h 53 min

    Merci pour cet article car j’essaie de mieux comprendre l’hypersensibilité. Mon mari est un hypersensible. On vient seulement de le comprendre et ça éclaire tellement de choses. J’aimerais être là pour lui autant que possible et c’est difficile.

  12. mag
    27 mars 2018 / 11 h 26 min

    Bonjour,
    C’est étrange de lire un texte qui me décrit aussi bien… Des années que j’essaye d’expliquer les choses à mon entourage mais j’ai des difficultés à mettre des mots sur tout ça. Je devrais leur faire lire…
    En tout cas merci beaucoup , ça fait du bien de savoir qu’on est pas seuls et de moins se sentir comme une « extra-terrestre » .

    • corinne
      Auteur
      30 mars 2018 / 13 h 28 min

      Bonjour Mag, bienvenue 🙂

  13. Lyly
    11 septembre 2018 / 15 h 53 min

    Merci infiniment Corinne, tu viens de mettre des mots sur mon mal être quotidien… Depuis toute petite j’ai la sensation d’être différente mais sans pouvoir vraiment expliquer pourquoi. Des larmes qui coulent en lisant un roman, après une remarque toute bête au boulot, la mauvaise humeur de mon compagnon le matin. Et surtout l’épuisement à la fin de la journée et qu’une seule envie : me réfugier à la maison et me détendre… pour passer pour une fainéante aux yeux de certaines personnes, mais c’est un besoin vital après toutes les stimulations excessives de la journée, perçues par les atures comme normales mais moi je les perçois comme des flèches marquant ma peau dénuée de carapace pour pouvoir y faire face… Incomprise depuis toujours, c’est avec soulagement que je vois que je ne suis pas seule dans ce cas. Je vais parcourir ton blog avec beaucoup d’intérêt. Encore merci.

  14. Nadège
    24 septembre 2018 / 14 h 42 min

    Bonjour,

    Ce n’est pas moi que je retrouve dans vos propos mais mon mari.
    Merci pour tous vos témoignages, cela m’aide beaucoup à mieux le comprendre au quotidien.
    Pourriez-vous me dire comment se passent vos nuits ? Dormez-vous bien ? Avez-vous l’impression même la nuit d’absorber les émotions de l’autre ? Faites vous des rêves prémonitoires ? Ou vous arrive t’il d’avoir l’impression qu’un évênement tragique va arriver ?
    Avez-vous connaissance d’association ou groupe d’hypersensible ?
    Merci pour vos réponses.

  15. Venitia
    5 novembre 2018 / 22 h 14 min

    Je ne sais pas si l’un de vous peut m’aider un peu… Je suis amoureuse d’un hypersensible, Je l’ai braqué la semaine dernière car je voulais faire avancer notre relation : je lui ai plus ou moins posé un ultimatum car je voulais savoir où il en était vis-à-vis de sa relation avec moi (nous sommes dans une relation amicale ambiguë depuis 6 semaines). Donc il s’est braqué, m’a dit qu’il n’était pas amoureux et qu’il voulait couper les ponts (en moins de 5 min chrono). Je ressens qqch de très fort pour lui et je pense que lui aussi mais qu’il se ferme totalement par peur de l’échec. Mon « ultimatum » m’a au moins permis de comprendre qu’il est hypersensible (grâce au net, il colle parfaitement à la description), et je crois qu’il se sait sensible mais pas forcément « hyper ». Mes questions : est-ce que je peux rattraper ma bourde ? (Il est dans la phase « je prends mes distances pour faire le pt ») et comment puis-je l’aider à mieux vivre ses émotions ?

  16. Anne
    9 octobre 2019 / 10 h 43 min

    Hypersensible depuis toujours… je me retrouve face à mon compagnon qui ne me comprend pas. Et ça fait des années que ça dure. Il a sa carapace aussi. Des idées arrêtées, la musique à fond, le boulot à fond, les jeux vidéo en dérivatif , et je me demande dans quelle mesure ce serait une méga carapace pour limiter chez lui de ressentir ses émotions.

  17. Christian
    13 octobre 2019 / 13 h 12 min

    Bonjour à tous j ai besoin d aide car je suis avec une personne que j aime hypersensible mais moi bcp moins donc il y a eu separation car j arrivais pas comprendre pkoi elle était devenu comme cela, aujourd’hui elle a fuit notre couple alors qu elle m aime fort… Pensée cous qu elle soit parti avec un autre ? Je pense pas selon ses propos mais j aimerais la récupérer mais elle me dit par SMS de la laisser comme ça car elle est épuisé émotionnellement car elle attaque un nouveau travail et elle ne pas pas pouvoir gérer… Mais que faire pour qur »elle revienne ???

    Merci pour vos réponses je peux vous donner mon email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *