Accueil » Comment ne pas absorber les émotions des autres

Comment ne pas absorber les émotions des autres

Ce moment oppressant où mon coeur s’est brisé, en même temps que son coeur… Ce sera le sujet de cet article: comment ne pas absorber les émotions des autres.

C’était un moment effrayant, stressant. J’ai senti son coeur se briser, la solitude l’envahir, j’ai ressenti tellement fort ce qu’elle ressentait que mon coeur s’est brisé sur place.
Au même moment, cette pesanteur m’est tombée dessus. J’avais 6 ans. Ma maman venait de perdre sa maman.

Depuis, j’ai ressenti cette sensation des millions de fois. Les colères, les joies, les tristesses, les coeurs brisés. Cela m’atteignait, me fatiguait, me stressait.

Jusqu’au jour où j’ai décidé de reprendre le contrôle sur mes émotions, poser mes limites. Pas par pur égoïsme, mais pour faire de la place pour pouvoir aider les autres, sans me détruire de l’intérieur.

J’avais envie de continuer à ressentir le monde profondément, mais pas au détriment de ma propre personne et de ma santé. qui avait commencé à se détériorer profondément.

Lorsque mon empathie profonde m’a rendue malade

Avec le recul et après avoir parlé à certaines personnes qui m’ont aidée dans mon chemin de vie, je me suis rendue compte qu’être trop dans l’empathie, ne pas poser de limites m’a rendue malade.

J’ai pris sur mes épaules les maux du monde, je me suis laissée submerger par un monde en péril, des personnes malheureuses ou en colère. Tout ce poids accumulé a fatigué mon esprit et mon corps. Je suis devenue cette personne fatiguée de façon chronique et j’ai développé des moments de dépression profonde, l’ombre de mon moi enfant. Angoisses, dépression, stress, fatigue et douleur chroniques. J’ai souffert physiquement et psychologiquement.

Je savais que le mental transparaît sur le physique.
En tant que personnes hypersensibles, nous pouvons rapidement nous sentir submergés par nos sens, nos ressentis, nos émotions.

Et on nous exprime souvent que nous sommes  » trop ceci » et  » pas assez cela », et nous nous sommes programmés depuis notre tendre enfance que nous sommes les inadaptés dans la société. Cela nous générant des millions de questions, nous générant de la fatigue intense à tenter de rentrer dans un processus qui ne nous correspond pas.

Souvent, nous nous effaçons au lieu de partager ce que vous avons à apporter aux autres.

Une fois que nous éloignons de notre nature profonde, nous nous enfonçons dans quelque chose de négatif pour nous. Quelque chose qui se transforme en trou béant dans lequel engouffrer de la matière. Une éponge géante, prête à absorber.
Les émotions des autres, par exemple.

Ou nous nous coupons totalement du monde pour nos protéger. Nous plongeant dans une dépression profonde.
Ou nous apprenons à poser un cadre et à équilibrer.

J’ai longtemps vécu en tant qu’éponge géante et j’en ai subi les conséquences, cela a été pour moi une grande leçon de vie que d’apprendre à prendre soin de moi pour prendre soin des autres ensuite.
Posant un cadre, celui qui est juste, n’ effaçant ni mon hypersensibilité ni mon empathie.

Pour rien au monde je n’échangerait mon hypersensibilité contre autre chose, pour rien au monde je ne choisirais d’aller contre ma nature profonde. Mais pour rien au monde, je ne veux revenir à l’état d’éponge géante qui se rend malade, pour au final ne pas sauver l’autre.

Peu importe le poids, pour rien au monde je ne voudrais perdre mes ressentis, la profondeur de tout ce qui est. Car je vois mon hypersensibilité et ma nature profonde comme des cadeaux, des forces. Surtout depuis que j’ai appris à bien les gérer.

Ce monde a besoin de personnes sensibles, empathiques, désireuses de participer à la société, partager et guider les autres vers le bonheur. Nous avons cette capacité naturelle , autant en faire profiter autrui, n’est-ce pas?!

Notre capacité d’empathie profonde nous donne une certaine force lorsque nous désirons nous connecter aux autres. Lorsque nous sommes concernés, nous le sommes entièrement, sincèrement.

Les personnes que nous croisons nous offrent la possibilité d’apprendre et de grandir. Mais si nous nous laissons submerger, cela peut vite devenir toxique.

Prendre soin de soi est très important pour que nous ne devenions pas des éponges géantes.
Apprenez à ne pas vous exposer en permanence à des âmes en peine ou coincées dans de mauvaises énergies. Cela ne fait pas de vous une moins bonne personne.

Octroyez-vous des moments de repos, au calme, pour travailler votre stress naturel: yoga, méditation, lecture, couchés dans un parc ou votre jardin, un bain tiède qui sent bon.

Ensuite il est nécessaire de travailler  » le mental »….

Passons à ce qui nous intéresse vraiment: comment ne pas absorber les émotions des autres:

technique pour ne pas absorber les émotions des autres

Comment ne pas absorber les émotions des autres?

Comme je vous le mentionnais plus haut, je me suis réveillée un jour en me disant que je ne pouvais plus continuer à absorber les émotions des autres, surtout au point de me rendre malade. Mais comment faire…. Je me suis posée pour réfléchir et trouver une stratégie 🙂

Après m’être penchée sur le sujet, je me suis rendue compte que tout commençait par « prendre soin de moi » que ce soit mon physique, mes activités sociales, émotionnelles et mes besoins/désirs. Je sais que de premier abord cela peut vous sembler étrange que prendre soin de soi-même règle cette problématique, mais je peut vous garantir que cet « état d’esprit » fonctionne vraiment! Il existe même une raison bien scientifique!

Lorsque notre système immunitaire ou énergétique se trouvent épuisés, nous devenons des éponges à émotions.
Notre système immunitaire est notre Police interne, notre merveilleux système de défense contre les agressions extérieures. Dès que nous ressentons toute émotion de façon intense, nous diminuons notre capacité à nous protéger de tout ce qui se passe.

Il est donc nécessaire de prendre soin de nous, pour que ces deux systèmes ne soient pas épuisés et que nous puissions mieux gérer les émotions.
Je vous propose de lire les points ci-dessous:

1. Lorsque vous ressentez une émotion intense, nommez-là:

Identifier une émotion permet de nous mettre sur pause pendant un court instant, ce qui nous aide à prendre un peu de recul sur ce que nous ressentons à ce moment précis.
Et prendre du recul est toujours sain, pour mieux réagir ensuite.

2. Demandez-vous si cette émotion est la vôtre, celle d’une autre personne ou un mélange des deux:

Il y a longtemps, cela m’était presqu’ impossible de faire la différence entre une émotion qui m’appartenait totalement et une émotion que j’absorbais.
J’ai ensuite appris à me poser et à analyser mes ressentis internes.

Lorsque je pense être en train d’absorber l’émotion de l’autre, je m’imagine poser une bulle autour de moi, ainsi qu’une bulle autour de l’autre. Nous séparant ainsi . Visualisant l’autre comme étant lointain et ne pouvant pas interférer.

Si je continue à ressentir une émotion forte, c’est qu’elle m’appartient. Si l’émotion s’apaise, c’est qu’effectivement, j’étais en train de l’absorber.

3. Lorsque vous êtes conscient d’absorber une émotion, agissez:

Quelle que soit la situation où il nous arrive d’absorber les émotions des autres, ne culpabilisez pas. Nous les hypersensibles avons cette tendance à culpabiliser facilement: sur le fait que nous ne pouvons pas aider l’autre, que nous avons absorbé les émotions de l’autre.

Agissez: prenez du recul en rebondissant de façon positive sur la conversation en cours pour changer l’énergie, autorisez-vous à prendre congé pour vous éloigner si l’exercice de la bulle ne fonctionne pas. Ou à mettre fin à la conversation de façon constructive et polie.
Nous avons nous aussi nos bons jours et les jours où la fatigue est présente.

4. Respirez profondément et ancrez-vous dans cet endroit neutre de votre corps.

Cet endroit ancré, calme et neutre. Nous en avons tous un dans notre corps.
Lorsque vous êtes au calme, faites un body scan en respirant profondément et tentez de repérer l’endroit qui revient sans cesse, comme étant le plus neutre et calme, cet endroit ancré en termes de ressenti.

Lorsque vous pensez être en train d’absorber une émotion qui ne semble pas vous appartenir, pensez à cet endroit de votre corps et projetez-vous y.
Guidez mentalement cette émotion pour la neutraliser et l’apaiser.

Chez moi, cette partie de mon corps est l’intérieur de mon poignet droit.
Je guide l’émotion vers lui, remontant sur mes doigts et j’écris l’émotion, la laissant s’échapper dans les airs, heureuse d’être libérée.

A vous de trouver une technique ou une visualisation que vous aimez particulièrement. Il est probable que lorsque vous tentez de ne pas absorber les émotions des autres, on vous dise que vous  » semblez absent » momentanément. Rebondissez sur quelque chose de positif.

5. Renvoyez son émotion à son propriétaire:

Nous n’avons pas à porter les malheurs des autres, nous n’avons pas à nous rendre malades ou inconfortable pour chaque personne sur Terre.
De plus, cela ne les aide absolument pas. Cela ne leur enlève pas un poids émotionnel et cela ne les aides pas à s’extirper de leur état du moment.

Si aucune des techniques ci-dessus ne fonctionne, répétez intérieurement cette phrase dans votre tête: je ne suis pas responsable de son état émotionnel, je n’autorise pas sa douleur à m’atteindre.

N’oubliez pas que chaque personne a besoin de cheminer au travers de diverses émotions et phases pour grandir. Cela leur appartient. Même la douleur, la souffrance, les émotions vives.

Vous aurez remarqué que la visualisation est utilisée de plusieurs façons dans cet article, pour aider à ne pas absorber les énergies des autres ou pour s’en libérer.

En fin de journée, il m’arrive de visualiser une rivière sauvage qui emporte les émotions de la journée, ou une jolie chute d’eau qui les fait sauter et se briser joyeusement dans un joli lac bleu.

Au centre des points abordés ci-dessous il y a la conscientisation de l’apprentissage qui peut s’avérer être plus rapide chez certaines personnes. l’important est de pratiquer, même si l’autre pense que vous déconnectez temporairement. Vous en avez le droit.

En tant que personne hypersensible, votre empathie est un cadeau merveilleux pour ce monde. Mais vous avez également la responsabilité de vous respecter et de l’utiliser de façon adaptée.

De mon coté je mélange ces petites techniques, selon le moment.
C’est même devenu un automatisme avec le temps.
Mon esprit s’est habitué à s’auto-appliquer ses exercices, le subconscient est merveilleux!

En tant qu’hypersensibles, nous avons cette capacité merveilleuse d’apprendre rapidement car nous analysons profondément.
Nous avons cette capacité d’empathie profonde mais la fâcheuse tendance à mal la doser et l’utiliser, mais nous pouvons y remédier.

La prochaine fois que vous pensez être sur le point d’absorber les émotions des autres, pensez à cette article et pratiquez ces quelques conseils, vous trouverez peut-être d’autres pistes en cours de route….

N’oubliez pas: vivez sereinement vos émotions et n’absorbez pas quelque chose qui ne vous appartient pas.

Références:

Marchant, J. Immunology: The pursuit of happiness. Nature, Volume 503, 27 November 2013, pp. 458-60, doi: 10.1038/503458a

Cole, S. W. et al. Social regulation of gene expression in human leukocytes. Genome Biology, Volume 8, 13 September 2007, doi: 10.1186/gb-2007-8-9-r189

Rosenkranz, M. A. et al. Affective style and in vivo immune response: Neurobehavioral mechanisms. PNAS, Volume 100, pp. 11148-52, doi: 10.1073/pnas.1534743100

Cohen, S. et al. Emotional style and susceptibility to the common cold. Psychosomatic Medicine, Volume 65, July-August 2003, pp. 652-7.


Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *