Accueil » Hypersensibles sur les réseaux sociaux

Hypersensibles sur les réseaux sociaux

S’il y a bien quelque chose dont je désirais vous parler depuis quelques mois, c’est la prise de parole des hypersensibles sur les réseaux sociaux.

Sur les réseaux sociaux, même si j’ai quitté de nombreux groupes, je vois beaucoup de haine, de jugement gratuit, d’ intolérance, d’ignorance, de méchanceté gratuite.

Pendant quelques années, j’ai fait partie de la majorité silencieuse qui lisait, se sentait mal, et passait à autre chose.
Je passais systématiquement outre, car je ne savais pas comment réagir et répondre aux discussions autour de sujets autour des réfugiés, la politique, le racisme, les changements du climat, les comportements haineux.

Je me disais: ce n’est pas possible!

Ensuite, je me suis posée sur les groupes hypersensibles et j’ai passé du temps à me poser cette question:
-pourquoi les hypersensibles- qui de nature s’écartent de la violence et des nuisances mais qui ont un sens de la justice très développé- sont’ils silencieux, dans un monde de rageurs qui monopolisent la majorité des discussions.

Je crois, de tout mon coeur, qu’il est important de communiquer et d’élever poliment et constructivement sa voix.
Même si cela effraie et fait mal, car oui, avec le recul, cela peut faire mal.

D’autres questions sont ensuite apparues:
-Et maintenant?
-Es-ce que je reste silencieuse?
-Es-ce que je quitte les réseaux sociaux pour ne plus rien voir?
-Es-ce que je vais laisser la haine et le jugement devenir la “norme” et je me limite à propager sur mon profil des photos de jolis animaux heureux? -Ou vais-je plus loin et je m’engage à?
-Es-ce que seule, avec juste mon opinion individuelle, suis-je importante?
-Ais-je quelque chose à apporter?

J’en parlais avec une amie qui me dit, de façon si évidente:
Corinne, mais bien entendu que ta voix/opinion/action est importante! Si elle est axée sur la bienveillance. Elle m’a dit également: ta sensibilité peut changer le ton d’une discussion, ta voix douce, ta gestuelle bienveillante, ton raisonnement et ton ouverture d’esprit ont déjà fait des merveilles en public. Je pense que sur les réseaux sociaux cela pourrait aussi apporter un changement. Et si vous vous unissez, le coté exponentiel pourrait être très intéressant!

Apporter votre vision du monde, votre sensibilité, votre empathie au débat global- ça lui parlait beaucoup.

Ce de fait, je me dit que oui, la voix, l’opinion et les actions des personnes hypersensibles peuvent réellement changer quelque chose. Peut-être as dans l’immédiat, ou peut-être que si!

C’est super cool de partager des images positives, c’est encore mieux d’être et d’agir.
Et ce serait vraiment génial que ces hypersensibles qui sont positifs s’unissent dans un projet de communication positive, tous ensemble.

Les réseaux sociaux sont devenus l’endroit où tout se passe ( malheureusement), et ce serait dommage de ne pas utiliser ce moyen de communication pour faire passer des messages.

Du coup, c’est bien joli de se poser des questions, d’y répondre, de se donner une mission de. Mais après dans la pratique, comment faire? Comment sortir du silence sans se foutre le moral en l’air?

la violence sur les réseaux sociaux

Je me suis donc posée, j’ai brainstormé, développé et réunis quelques points  intéressant que je vous propose de découvrir ci-dessous:

Mes conseils pour les hypersensibles sur les réseaux sociaux:

  1. Ne réagissez pas aux contenus nommés putaclic.
    Ces contenus sont partagés afin de totaliser un maximum de réaction. Et malheureusement, la masse contient de nombreuses personnes malveillantes, haineuses.  C’est un peu étonnant pour un article qui donne des conseils pour sortir du silence, mais il faut bien choisir le moment et l’endroit où vous communiquerez, porter un message qui sera écouté. Ici ce ne sera jamais le cas, au pire les cons se ligueront contre vous car vous n’êtes pas dans le ” trip”.
  2. Exprimez-vous de manière profondément personnelle:
    ” Je ne suis pas confortable avec le fait de…”, ” Je me sens perdu(e) face à “, ” Cela m’effraie de “. et non pas: ” Les gens pensent que, la majorité des hypersensibles vous dira que…
    N’entrez pas dans la confrontation directe, tentez d’engager un dialogue avec l’autre. Préférez les phrases telles que: Je ne suis pas d’accord avec toi ou ton opinion, mais c’est ok. “Je te remercie d’avoir pris le temps de m’expliquer ton point de vue. ”
  3. Choisissez vos combats avec précaution.
    Ne rentrez pas dans un combat de coq sur l’art avec une personne qui n’est pas un minimum dans un esprit d’écoute. Ne tentez pas d’entrer en discussions avec une personne qui déteste l’art et trouve cela inutile si vous aimez l’art.
  4. Définissez et tenez des limites!
    Si vous décidez de prendre la parole sur les réseaux sociaux, il faut que vous soyez conscient(e) que dans certaines situations, d’autres vont vous attaquer. Si vous vous sentez attaqué(e), que des personnes vous prennent au mot, où qu’elles sont vraiment violentes, n’hésitez pas à les bloquer.  Gardez votre réseau bienveillant, sécuritaire pour vous. Gardez la joie, la bienveillance.
    Restez loin des discussions qui vont vous rendre vulnérable, et qui pourront vous mettre en situation de position faible par rapport à des personnes qui cassent les autres par méchanceté.  Restez sur des discussions dont vous maîtrisez les sujets/domaines.
  5. N’acceptez pas les conneries et ne vous laissez pas faire par des personnes malveillantes/bornées/méchantes.
  6. Soyez et restez le leader des discussions que vous entamez.
    Lorsque vous publiez un statut, que cela soit sur un de vos profils ou un groupe, restez leader de la discussion; ne laissez pas des personnes entrer dans le jugement non constructif et la méchanceté, filtrez et supprimez tout ce qui peut aider à ce que cela dégénère. Pour votre confort mais aussi celui des personnes qui participent de façon chouette à celle-ci.
  7. Variez vos types de  publications
    Utilisez un blog, faites des vidéos courtes, écrivez un manifesto, des poèmes, un essai. De jolies photos.
  8. Parlez toujours avec de l’amour, de la bienveillance, de l’empathie, de façon constructive en oubliant pas de poser des questions afin de susciter les réactions.
  9. Ne détestez pas les personnes qui jugent ou qui sont méchantes. Envoyez leur de l’amour. Nous luttons tous pour des valeurs qui nous semblent importantes. mais certaines personnes ne sont pas dans le même état d'”esprit: vous allez croiser des personnes perdues, abandonnées, blessées. Qui vont réagir selon leur vécu et leur état d’esprit du moment. Au final, c’est la compassion, la tolérance et l’amour qui feront toute la différence.
  10. Acceptez que quelques fois, malgré vos efforts, vous vous sentirez ” comme de la merde” pour ne pas avoir réussi à faire comprendre quelque chose à une personne, ou parce que vous aurez été la seule personne bienveillante dans une discussion. Mais ne vous laissez pas être mis sous silence. Ce sentiment passera.
  11. N’oubliez pas que tout ne tourne pas autour de vous. Quelques fois, l’égo se réveille, il faut essayer de lâcher prise et ne pas prendre les choses personnellement.
  12. Posez quelques touches d’humour léger pour décontracter les discussions.
  13. Respirez 3 fois profondément en fermant les yeux lorsqu’une discussion vous semble désespérée et que vous sentez que vous ne pourrez avoir aucune incidence.

J’espère que cet article autour de la prise de parole des hypersensibles sur les réseaux sociaux vous aura été utile.
Je serais ravie de savoir que vous avez décidé de partager vos valeurs, messages, vos sentiments profonds, vos joies et réussites, vos peurs, espoirs. Comment avez-vous décidé de porter vos messages? Expliquez-moi tout en commentaire!
N’hésitez pas à me parler de vos astuces personnelles !

Partager:

2 Commentaires

  1. Melissa
    31 mai 2018 / 1 h 03 min

    A vrai dire, même en tant qu’hypersensible je ne suis pas beaucoup dans la distance. Ça peut ruiner ma journée, me mettre même très mal. Mais quelque part, il y a le positif de voir des commentaires tel que ” merci enfin quelqu’un qui réfléchit ” ou ” Je te lis souvent et je veux que tu saches que j’apprécie beaucoup te lire ” ou encore croiser quelqu’un en soirée, une connaissance qui lâche devant tes amis ” cette fille est en or, elle m’a aidée alors que j’avais personne sur qui compter je sais pas où j’en serais sans elle “. Je vis pour aider les gens même de manière indirecte. J’ai aidé beaucoup de gens, rassuré, soutenu, défendu même des inconnus.
    Alors c’est pas une fierté un besoin de gonfler mon ego (personne ne saura le faire à par moi meme) ou mon estime de moi… mais un besoin. De donner. De savoir que la personne en face est bien dans sa peau. Tout en étant intimement convaincue, et ça peut être très prétentieux de dire ça, que ma réflexion un peu décalée mon expérience mon vécu peut vraiment aider de manière plus importante qu’une personne avec un autre vécu et un autre sensibilité empathie et compréhension de l’autre.

    🙂

  2. 22 septembre 2018 / 17 h 15 min

    En tant que blogueuse et web-entrepreneuse, je suis très présente sur les réseaux sociaux, et j’ai mis en place beaucoup de filtres qui m’éloigne de tout ce qui me parait toxique : Je ne “follow” que très peu de personnes, pages, groupes, et toujours du contenu de qualité. Au sein de mes propres amis je me désinscrit très facilement des personnes qui postent des publications rageuses (parce que ça reste délicat de couper définitivement les liens d’amitié avec tata truc ou cousin machin).
    Je me rend compte en lisant ton article que ça paye, parce que ça fait des mois que je n’ai pas vu de contenu qui m’ait mis mal à l’aise.
    Pour mes propres publications je suis dans la franchise toujours, mais une franchise bienveillante, et je ne m’offusque pas des personnes à qui mon message pourrait déplaire, et qui pourraient arrêter de me suivre, seuls les personnes que j’intéresse restent, c’est le principal ! Après, en presque deux ans de blogging et de communication autour de mon activité, je n’ai jamais connu de haters. Mais si c’était le cas je crois que je le prendrais avec philosophie, c’est dans ma nature !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *